Retour sur "le printemps arabe" : la rédaction de France Inter revient sur ces moments historiques qui continuent d'ébranler le Maghreb et le Proche-Orient. Toute cette semaine, nous irons successivement en Egypte, en Tunisie, au Maroc et en Syrie. Aujourd'hui, cap sur Tripoli pour "le dernier combat de Kadhafi", avec Christian Chesnot. ..

La guerre a commencé depuis quelques jours et le colonel Kadhafi harangue ses partisans.

Fidèle à lui-même, le guide libyen gesticule, brandi le poing et menace les rebelles qu'ils traitent de "rats et de chiens errants". Kadhafi au pouvoir, c'est 40 ans de réthorique enflammée, de coups tordus et de volte-face.

Le numéro Un libyen est-il fou ? Dans son dernier livre "Anatomie d'un tyran", le romancier libanais Alexandre Najjar dissèque la personnalité de Kadhafi. Kadhafi joue sa survie personnelle et politique car les rebelles, qui contrôlent l'est du pays, ont juré sa perte. Mais dans les villes libérées, l'optimisme des débuts a fait place au réalisme. Il faudra du temps pour déloger le guide libyen.

Signe inquiétant pour l'avenir du pays, la prolifération des armes chez les jeunes, comme a pu le constater sur place, Donatella Rovera d'Amnesty International. Après 4 mois de bombardements, Kadhafi est affaibli et les défections se multiplient; mais il n'a toujours pas jeté l'éponge. Tant qu'il contrôle Tripoli, la capitale, il peut gagner du temps, sachant que les opérations militaires coûtent chères aux Occidentaux.

Pour Hasni Abidi, universitaire spécialiste du monde arabe, vouloir l'éliminer à tout prix serait une erreur car dans ce pays de tribus, il faudra bien réconcilier les Libyens entre eux, une fois le conflit terminé. En tous cas, c'est le dernier combat de Khadhafi. Et pour le romancier Alexandre Najjar, l'issue ne fait guère de doute.

> Notre dossier spécial

Libye
Libye © Radio France / Vanessa Descouraux
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.