La station balnéaire de Bodrum
La station balnéaire de Bodrum © Reuters / Stringer Turkey

Quatre kilomètres séparent la péninsule de Bodrum de l’île de Kos, c'est devenu l'une des routes qui mènent à l'Europe.

Les migrants à Bodrum sont très discrets, ils sont en grande majorité syriens comme Abdelhamid, 32 ans, un médecin qui a fuit sa ville de Raqqa capitale du groupe État Islamique à l'Est de la Syrie. Il vient de descendre d'un bus en provenance d'Istanbul.

Abdelhamid dit avoir vu des exécutions sommaires en Syrie ; c'est pour cela qu'il a fui.

0'33

(ZOOM1) S BODRUM 1

Abdelhamid a eu recours à un passeur, syrien lui aussi, qui organise plusieurs traversées par nuit . Première chose à faire pour Abdelhamid : acheter un gilet de sauvetage.

C'est au cas où le bateau chavire

0'34

(ZOOMS) BODRUM 2

Selon Médecins Sans Frontière, entre 100 et 300 migrants arrivent chaque nuit sur l'île grecque de Kos, à bord d'embarcations de fortune. Ils s'entassent sur des zodiac, des canots pneumatiques, à 30, 40. Il y a des femmes et des enfants. La traversée coûte entre 1000 et 2000 dollars par personne. Un prix que Fasihan a refusé de payer.

C'est pour cela que cet Afghan de 24 ans a acheté un petit bateau à rame pour rallier l'île de Kos.

0'22

(ZOOM) S KOS 3

Mais l'accueil sur l'île de Kos n'est pas celui espéré par les migrants, aucun centre d'hébergement digne de ce nom, seulement un campement insalubre. Tous évoquent l'agressivité des policiers ou des garde-côtes grecs.

Khouloud originaire de la ville d'Alep dans le nord de la Syrie.

0'22

(ZOOM4) S KOS 4

Tous ces migrants, Omar, sont de passage à Kos mais aussi en Grèce, leur destination finale est le nord de l'Europe : la Suède ou l'Allemagne, les deux pays les plus fréquemment cités. Mais pour pouvoir continuer leur périple, ces migrants doivent d'abord être enregistrés par la police grecque afin d' obtenir un avis de non-expulsion, un document qui leur permettra de quitter l'île de Kos et de se rendre à Athènes, mais les autorités grecques sont totalement débordées par l'afflux de migrants.

Résultat : l'attente sur l'île de Kos est longue... Jamal, un syrien de Damas vit à l'hôtel avec sa famille.

0'26

(ZOOM) S KOS 5

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.