Securite SNCF
Securite SNCF © MaxPPP / Sebastien Jarry

D'ici l'euro de football dans 3 semaines, un décret de loi permettra à la SNCF de déployer dans les trains et les gares des agents de sécurité en civil et armés (plus de 3000 à terme). C'est l'une des mesures anti-terorristes pour tenter de mettre en échec certaines formes d'attaques (type Thalys).

Après les attentats de l'année dernière, certains spécialistes en sureté estiment qu'il faut étendre ce genre de mesure de protection armée privée à tous les lieux accueillant du public. Aujourd'hui, seules quelques autoristations dérogatoires sont accordées à des société privées armées françaises. Dans le secteur de la protection rapprochée tout d'abord. Selon nos informations une quarantaine de personnalités bénéficient actuellement d'une protection armée privée.Au delà des missions de protection rapprochée (surtout à l'étranger d'ailleurs) cela fait dix ans que Gilles Sacaze, un ancien du service action de la DGSE propose sans succés en France de positionner d'anciens agents spécialisés très discrètement dans des lieux accueillant le grand public.

Debrief exercice de protection rapprochée
Debrief exercice de protection rapprochée © France Inter / Emmanuel Leclere

Parcs de loisirs, centre commerciaux, médias, salles de concert, ce que les spécialistes de la sûreté appellent les "cibles molles".

Ce serait problématique de dire : on arme tout le monde

Si l'état a fortement renforcé ses capacités d'intervention, les attentats de l'année dernière n'ont pas changé la donne pour les secondes, les minutes qui suivraient une nouvelle attaque terroriste. L'explication est d'abord économique pour David Hornus qui dirige une autre société de sécurité privée basée à Lyon

Est-ce que les entreprises françaises sont prêtes à payer ? Je n'en suis pas sûr

Le code de sécurité intérieur permet pourtant en théorie aux entreprises privées accueillant du public d'obtenir des agréments pour des gardes armés en cas de situation exceptionnelle de menace (terroriste notamment) mais seul quelques sites sensibles sont dotés d'une sécurité armée privée. C'est le cas des nouveaux locaux de Charlie hebdo comme l'ont révélé récemment nos confrères du Figaro. Politiquement, le sujet est toujours très compliqué. Il divise toujours à gauche comme à droite.Stéphane Troussel est le président socialiste du Conseil général de Seine-Saint-Denis.

Par principe, je pense qu'il faut limiter la prolifération des armes à feu

A l'inverse le secrétaire national à la sécurité du parti Les républicains Bruno Becchizza , l'actuel maire d'Aulnay sous Bois en Seine-Saint-Denis tient un discours qu'il n 'aurait pas tenu il y a dix ans lorsqu'il était délégué syndical dans la police.

Il faut qu'on repose à plat la coproduction de sécurité

A la préfecture de police de Paris où l'on a accordé les autorisations à Charlie hebdo après 4 mois d'enquête sur ses agents de sécurité armés, on affirme hors micro être prêt à accorder des autorisations à toutes les sociétés et instititutions qui en feraient la demande, du moins si le minisitère de l'Intérieur donne son feu vert. Mais le modèle à suivre ne serait pas encore établi entre des agents armés en tenue comme les convoyeurs de fonds ou des agents armé privés en civil moins nombreux et plus discrets.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.