Pour ce scrutin présidentiel en Iran, les plus jeunes, ou plus éduqués votent pour Hassan Rohani, tandis que les déshérités et les religieux penchent plutôt pour Ebrahim Raissi.

Deux favoris pour l'élection présidentielle iranienne
Deux favoris pour l'élection présidentielle iranienne © Reuters /

Après le désistement de plusieurs candidats, l'élection se joue surtout entre le président sortant Hassan Rohani, soutenu par les réformateurs et les modérés et perçu comme un modéré, et le conservateur Ebrahim Raissi, considéré comme le candidat officieux du guide suprême de la révolution.

Au-delà des luttes de pouvoir complexes à l'intérieur du système politique iranien, c'est pour la population iranienne un choix de société entre la poursuite des réformes discrètes de Rohani vers une libéralisation de l'Iran, et un retour à plus de rigueur religieuse mais aussi davantage d'aides aux plus pauvres.

Des militants du candidat conservateur brandissent une affiche où Raissi apparaît aux côtés de l'ayatollah Khomeiny et du guide suprême de la révolution Ali Khamenei.
Des militants du candidat conservateur brandissent une affiche où Raissi apparaît aux côtés de l'ayatollah Khomeiny et du guide suprême de la révolution Ali Khamenei. © Radio France / Bertrand Gallicher

La fracture dans la société iranienne est générationnelle et sociale

Les plus jeunes et les plus éduqués votent plutôt pour Rohani, parfois sans enthousiasme, et les déshérités et les religieux pour Raissi. Mais les divisions entre les deux camps sont en réalité assez subtiles.

Reportage à Téhéran de Bertrand Gallicher

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.