Un reportage sigén Laëtitia Saavedra En cette semaine pour l'emploi et le handicap, zoom sur l'étape d'avant : l'accès des enfants handicapés à l'école. 5 ans après la loi de 2005, le droit d'être scolarisé dans une école ordinaire a bien du mal à être appliquée. Beaucoup d'enfants handicapés ne peuvent pas aller à l''école, faute d'AVS, les Auxiliaires de Vie Scolaire, notamment en Seine-Saint-Denis. Avec un triste record : une centaine d'auxiliaires de vie scolaire manquants, ce qui fait environ 2 à 400 enfants concernés. Certains sont quand même accueillis à l'école. C'est le cas de Rémy, 8 ans, dont 2 ans de retard. Il est en CE1 à Gagny. On le retrouve en plein devoir de lecture avec sa maman. Rémy a fait un accident vasculaire cérébral à sa naissance, et il en a gardé des gros problèmes de concentration. Il a donc droit à 12 heures d'auxiliaire de vie scolaire par semaine, qu'il attend toujours. Muriel, la maman de Rémy, a remué ciel et terre : elle a envoyé une lettre au ministre de l'Education, Luc Châtel, lettre restée sans réponse. A Pierrefitte-sur-Seine, 5 élèves sont dans le cas de Rémy, dont un petit autiste, qui va tout de même en grande section. Sa maîtresse, Pascale Brozille, fait avec les moyens du bord, mais cette militante syndicale ne cache pas sa colère. Combien d'enfants n'ont pas d'accompagnateurs ? 500, selon le ministère de l'Education nationale, un chiffre «largement minimisé», selon les syndicats. Reste un autre problème : les associations et les familles demandent la création d'un métier d'accompagnateur, avec des personnels formés et stables. Or, souvent, ce sont des CDD de 18 mois, donc très courts, des "contrats aidés"-qui-ne-font-que-passer là où les enfants ont besoin de continuité. Thierry Nouvel, le directeur général de l'UNAPEII, dénonce une situation absurde. Un chiffre pour finir : 83% des adultes en situation de handicap ont seulement un niveau CAP ou BEP. C'est donc en amont qu'il faut se battre.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.