Le sort de Jana, petite française en Syrie sera au cœur d'un procès qui s'ouvre ce lundi matin devant la cour d'assises spéciale de Paris : une femme, Jihane Makhzoumi comparaît toute la semaine, pour association de malfaiteurs terroristes, mais aussi enlèvement d'enfant et délaissement de mineur.

La trace de Jana se perd dans le camp d'Al-Hol, en Syrie
La trace de Jana se perd dans le camp d'Al-Hol, en Syrie © Radio France

Derrière l'histoire de cette Jihane Makhzoumi, 38 ans, il y a celle, inextricablement liée, de la petite Jana. Jana c'est un père, Eddy Leroux, qui se radicalise alors qu'elle n'est même pas encore née. Des parents qui se séparent. Son père rencontre une nouvelle femme : Jihane Makhzoumi. 

Ensemble, il ont un fils, Imran. L'accouchement est difficile. Mais à peine un mois après, le couple rejoint les rangs la Syrie et les rangs de l'Etat islamique. Outre leur tout jeune bébé, ils emmènent dans leur périple, les enfants de leur premiers mariages respectifs : Noussayba, 5 ans. Maryam : 3 ans, les filles de Jihane Makhzoumi... et la petite Jana, 3 ans elle aussi. 

La rentrée scolaire approche quand sa maman, Ilham Tarbouni, apprend que sa fille a été emmenée en Syrie. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.