A l'heure où le taux de chômage tourne en France autour des 10%, il existe une façon de travailler très innovante, et qui pourrait permettre de créer 500 mille emplois d'ici 5 ans. Il s'agit des Groupements d'employeurs, autrement dit, des entreprises qui n'auraient pas les moyens toutes seules se fédèrent, pour embaucher à plusieurs un salarié à temps complet. Si l'on en croit un tout récent rapport du Centre des Jeunes Dirigeants, les offres d'emploi à temps partiel auraient beaucoup de mal à trouver preneur en France. Les entreprises ont un besoin : celui de recruter à temps partiel, mais en face, les salariés, souvent pour des raisons financières, veulent du temps complet. D'où, l'idée de ces groupements d'employeurs qui sont d'ailleurs uniques au monde. Il n'y en a qu'en France - ça existe depuis 10 ans mais le concept est encore méconnu. Alors concrètement, comment ça marche ? Un groupement d'employeurs, c'est une association dans laquelle se regroupent des entreprises d'une même ville ou d'un même département. L'association va embaucher des salariés en CDI, elle va ensuite dispatcher ces salariés chez l'une ou l'autre des entreprises adhérentes, en fonction de leurs besoins. Le contrat de travail est signé par le groupement d'employeurs. Le salarié a donc la sécurité d'un emploi à temps plein. De son côté, l'entreprise adhérente viendra se servir au gré de ses besoins dans les effectifs du groupement. Comment les salariés vivent-ils ce principe de regroupement d'employeurs ? Est-ce bien vécu de partager son temps entre plusieurs entreprises ? Pas toujours. En fait, la formule ne convient pas à tous et pour cause, c'est pas facile à gérer. Mais le temps partagé, il y a aussi des salariés qui adorent. Ce qu'il faut savoir aussi, c'est que le temps partagé ne dure pas forcément toute la vie. Souvent au bout de deux ans, deux ans et demie, les salariés ont des propositions de CDI dans des entreprises du groupement. Pour tout renseignement, le salon national des groupements d'employeurs se tiendra les 9 et 10 novembre à la Rochelle... Le site : www.crge.com Un dossier de Véronique Julia, journaliste au service Eco-Soc de France Inter.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.