Sœur Emmanuelle disparaissait il y a dix ans. Si la « petite sœur des pauvres », l’une des personnalités préférées des Français, n’est plus, son souvenir demeure et son action en faveur notamment de l’enfance maltraitée se poursuit.

On commémore samedi les dix ans de la mort de Sœur Emmanuelle.
On commémore samedi les dix ans de la mort de Sœur Emmanuelle. © AFP / JEAN-PIERRE CLATOT

L’association Asmae-Sœur Emmanuelle est active dans huit pays, dont les Philippines où son action permet aux enfants des rues de bénéficier d’un minimum d’éducation. Les gamins des rues à Manille, on les trouve partout. Ils sont des dizaines de milliers à Manille, des centaines de milliers dans l'archipel Philippin, 245 000 pour toutes les Philippines ; pour le "Grand Manille", on estime qu'il y a entre 30 et 50 000 enfants des rues.

Venir en aide aux enfants des rues

Les associations caritatives comme ChildHope et Asmae multiplient les actions pour venir en aide aux enfants des rues. Alphabétisation, numération, dessins, chansons... leçons de prudence vis-à-vis des adultes prédateurs également ou leçons d'hygiène. Les programmes de l’association ChildHope qui éduque et nourrit ainsi plusieurs centaines de gamins par semaine sont financés par l’association Asmae sœur Emmanuelle.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.