Présidentielle US : les cinq candidats encore en lice
Présidentielle US : les cinq candidats encore en lice © Reuters

Les New-yorkais se rendent aux urnes ce mardi, pour les primaires du parti républicain et du parti démocrate. Plus que jamais, New York est le théâtre d’une féroce bataille, comme notre correspondante Charlotte Alix a pu le constater.

►►►ALLER PLUS LOIN |"Présidentielle US : objectif New York" sur Franceinter.fr

La bataille est dure car pour trois des cinq candidats encore en lice, l’enjeu va au-delà de la course aux délégués. Donald Trump, Bernie Sanders et Hillary Clinton revendiquent tous trois leurs liens avec cette ville de New York. Ces dernières semaines, c’est à qui sera le plus New-yorkais. Sur le papier, ce serait Donald Trump - le seul qui y réside.A New-York, il y a des manifestations anti-Trump toutes les semaines. Car il a beau y être né, il est loin d’avoir gagné le coeur des New-Yorkais.

Si Trump représente vraiment la ville, il représente le pire de cette ville. Trump, ce n'est pas l’humanité, les gens qui prennent soin les uns des autres, ce qui fait vraiment New York. On le connaît, il traine ici depuis 30 ans. On connaît son passé, sa réputation et on ne lui fait pas confiance!

Wall Street non plus ne lui fait pas confiance, contrairement à ce qu'on pourrait attendre.

Le milliardaire Donald Trump est un électron libre dans cette ville, explique Grégory Volokhine, président d’un fond d’investissement.

Donald Trump a pourtant des partisans ici puisque les sondages lui prédisent une large victoire lors de cette primaire républicaine, face à Ted Cruz et John Kasich.

La victoire sera difficile pour Bernie Sanders

En revanche, chez les Démocrates, la victoire s'annonce dure pour Bernie Sanders, l'autre natif de New-York. Avec l’accent si caractéristique de Brooklyn,"Bernie" ne manque pas une occasion de rappeler que sa femme et lui sont nés à New York

Jane et moi avons quitté New York quand nous étions jeunes, et c’est merveilleux d’être de retour ! s'exclame Bernie Sanders pour rappeler son passé new-yorkais.

Meeting après meeting, Bernie Sanders évoque son enfance pauvre dans un HLM d’un quartier juif de Brooklyn. Dans la capitale des inégalités, la ville qui a vu naître le mouvement Occupy Wall Street , Bernie le socialiste a trouvé des alliés.

C’est un homme du peuple, il soutient les gens ordinaires, la classe ouvrière, il célèbre la diversité. Et parce qu’il vient d’ici, et spécialement de Brooklyn, il a des liens avec tous les groupes. La communauté LGBT, les droits des Noirs, les droits des femmes : c’est un homme du peuple, selon Andrea, un militant pro-Sanders.

Pourtant, sauf surprise, il ne gagnera pas dans sa ville de naissance. Il lui faudrait, pour cela, obtenir le vote des minorités , qui représentent plus de la moitié de la population new-yorkaise. Et ce vote-là semble acquis à sa rivale, Hillary Clinton.

Hillary la New-Yorkaise?

Hillary Clinton aussi revendique son attachement à New York.Elle martèle, ces derniers jours, qu’elle entend porter les valeurs de New York à la Maison Blanche. Ses liens avec la Grosse Pomme sont pourtant plus ténus. Les Clinton vivent à une cinquantaine de kilomètres plus au Nord. Mais les liens qu’elle et son mari ont tissés avec les New Yorkais au cours des dernières décennies restent forts. Par exemple ici, dans cette église évangéliste du quartier noir de BedStuy, à Brooklyn, où la candidate s’est rendue il y a deux semaines. Sa troisième visite en huit ans.

Nous, les Afro-Américains, pensons que les Clinton ont fait de bonnes choses. Ils nous ont toujours reconnus. C’est essentiel, la reconnaissance : je vous vois, vous existez, vous êtes important. Le Révérend Youngblood, une voix très influente dans le quartier, connaît les Clinton personnellement et ne cache pas que l’ex-sénatrice de New York aura son vote.

Le Révérend aurait volontiers accueilli Bernie Sanders mais il affirme qu'il attend toujours son appel.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.