Allons-en France à Selles-sur-Nahon dans le Berry, avec les éleveurs en difficulté. Reportage de Géraldine Hallot.

 Elodie Berthault, 27 ans, éleveuse à Selles-sur-Nahon devant l’un de ses deux robots de traite
Elodie Berthault, 27 ans, éleveuse à Selles-sur-Nahon devant l’un de ses deux robots de traite © Radio France / Géraldine Hallot

C'est un paysage de carte postale avec des champs de blé., de colza et de maïs à perte de vue, baignés par la lumière douce du petit matin. C'est beau, Selle-sur-Nahon, l'air y est pur et les fermes sont modernes.

Mais derrière le paysage, il y a le grand désarroi des éleveurs. Elodie Berthault et son père Christophe élèvent 130 vaches laitières. Il est 7h du matin. C'est l'heure de la traite. Le prix du lait est toujours très bas. Beaucoup d'éleveurs vendent à perte et n'arrivent pas à se verser de salaire à la fin du mois.

Elodie Berthault, 27 ans, et son père Christophe, élèvent 130 vaches laitières. Ils ont deux salariés agricoles.

Leur salle de traite est entièrement automatisée. Le travail est donc moins physique qu'avant. Mais "psychologiquement c'est plus dur" dit Christophe Berthault. "On doit être éleveur, secrétaire, comptable, agronome. Et on a de grosses difficultés de trésorerie. On est agriculteur pour la gloire plus que pour le salaire!"

Les éleveurs n'attendent pas grand chose en fait tant le fossé est grand entre les propositions des candidats quels qu'ils soient et leur vie quotidienne à la campagne.

Christophe Berthault, le père d’Elodie
Christophe Berthault, le père d’Elodie © Radio France / Géraldine Hallot

A 45 minutes de là, plus à l'est, au Pied-Girard près d'Issoudun, c'est l'exploitation de Nicolas Pailloux. Cet agriculteur de 34 ans cultive 280 hectares de colza, blé, orge, et lentilles vertes. L'an dernier, sa récolte a été catastrophique. 30% de volume en moins pour le blé à cause d'une très mauvaise météo (pluies et manque d'ensoleillement).Et les prix de vente sont très bas. Nicolas Chailloux a lui aussi des problèmes de trésorerie.

Nicolas Pailloux
Nicolas Pailloux © Radio France / Géraldine Hallot

Ces agriculteurs du Berry n'attendent pas grand chose du prochain président de la République. Elodie Berthault et Nicolas Pailloux ne savent toujours pas pour qui ils vont voter. Christophe Berthault va sûrement voter blanc.

"Nos hommes politiques sont vraiment dans une bulle" dit-il. "C'est de la monarchie. Ce n'est même pas un fossé. Ce sont deux mondes qui vivent en parallèle. Des emplois fictifs, des indemnités et des salaires pas fondées par le coût réél de la vie, il y a quelque chose qui ne colle pas".

Allons en France, tous les reportages

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.