Un reportage signé Christine Siméone On aurait duû trouver en librairie aujourd’hui la biographie d'Hemingway signée Patrick Poivre d’Arvor, publiée par la maison Arthaud. Publication repoussée, dit la maison d'édition après les accusations de plagiat et les soupçons selon lesquels un nègre aurait contribué à faire cette biographie. Comment les nègres travaillent-ils ? Comment dit-on d'ailleurs ? Ecrivains de l'ombre ? Co-auteurs ? Les nègres sont des écrivains, très fréquemment leur nom ne figurent pas sur la couverture et parfois sur les premières pages du livres. C'est ainsi qu'on finit par les connaître, comme Jean-François Kervean, journaliste et romancier, mais aussi auteur discret de biographies de personnages célèbres. Interview de Jean-François Kervean Ca n'existe plus beaucoup, mais la première fois que Jean-François Kervean a écrit pour quelqu'un, son nom ne figurait pas dans le livre. C'était pour Loana, avec Claude Durant comme éditeur. Interview de Jean-François Kervean S'en est suivi le casting d'éditeurs, chacun s'est présenté avec son co-auteur et un chèque. Loana a choisi... Jean-François Kervean. Désormais, quand il écrit avec Michel Drucker et Hervé Vilar, il travaille à partir d'entretiens, de documents et de pages qu'ils lui fournissent et son nom est mentionné à l'intérieur des livres. Interview de Jean-François Kervean - Quel type de contrats signent les co-auteurs ? En général le co-auteur signe avec l'éditeur et l'auteur un contrat de partage des droits d'auteurs. Parfois, des contrats séparés quand l'éditeur ne veut pas faire savoir au co-auteur combien il donne à la personnalité. Un livre qui se vend à 100 000 exemplaires pour une bio de people rapporte 200 000 euros de droits d'auteur. 200 000 euros, c’est beaucoup plus qu’un premier roman, mais ça peut être, aussi, une somme forfaitaire, quelques milliers d'euros et un délai rapide pour rendre le travail. - Autre schéma, les livres des élus : ils utilisent leurs assistants parlementaires pour rédiger leurs livres. Acharge d'emploi, ça ne leur rapportent rien de plus, mais il arrive qu’un éditeur mette lui-même la main à la patte. Dans une maison d'édition spécialisée dans l'histoire, on commande un livre à un expert du Proche Orient. La copie n'arrive pas. Un éditeur de la maison, Antoine Sabbagh, se propose de l'aider bénévolement à terminer, et voilà ce qui arrive. Interview d'Antoine Sabbagh L’auteur indélicat a finalement fait une autre proposition à Antoine Sabbagh. Interview d'Antoine Sabbagh On estime que 30 % des livres publiés en Europe le seraient en collaboration, raison pour laquelle la supercherie a fait long feu. On ne peut plus ne pas savoir que certains se contentent de mettre leur nom sur des projets éditoriaux... fabriqués par d'autres !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.