Le président de la République a présenté cette semaine le nouveau Livre Blanc sur la sécurité et la défense. Les temps sont durs pour les militaires, avec l'annonce de sérieuses baisses d'effectifs. Des personnels civils de la défense ont d'ailleurs manifesté hier dans plusieurs villes car 54.000 postes seront supprimés dans les 6 ou 7 prochaines années - ça fait mal, très mal. L'armée de l'air va par exemple perdre un quart de ses effectifs - tout ça lié à un budget qui restera le même jusqu'en 2012. Les militaires sont inquiets, à l'image du général Dary, actuel gouverneur militaire de Paris (interview). Parmi les postes supprimés, il y a aussi beaucoup de civils car les armées emploient des fonctionnaires et des ouvriers d'Etat pour ce que l'on appelle les tâches de soutien - par exemple l'habillement, le secrétariat ou la restauration. Pour Gilles Goulme, du syndicat FO défense, ce plan social est injuste et dangereux (interview). De nombreuses garnisons, bases et régiments vont fermer. On connaîtra début juillet la nouvelle carte militaire. Beaucoup de villes sont inquiètes. Un exemple pour comprendre cette inquiétude : la base aérienne d'Avord près de Bourges est le premier employeur du département. Or, l'armée n'a pas vocation à faire de l'aménagement du territoire a dit Nicolas Sarkozy. Mais les soldats sont aussi des citoyens, comme cet officier de l'armée de l'air (interview). Les auteurs du Livre Blanc répondent que les économies réalisées serviront à améliorer les soldes des militaires ainsi que les matériels des armées. Le budget équipement passera chaque année de 15 à 18 milliards jusqu'en 2012. Et c'est vrai qu'un effort est nécessaire en ce sens, comme en témoigne cet officier d'un régiment du sud de la France (interview). Les ambitions militaires de la France vont être revues à la baisse. Par exemple, la France ne pourra plus déployer 50.000 hommes à l'étranger en cas de guerre, mais 30.000. Pourtant, le pouvoir politique demande toujours plus aux armées. Le budget des opérations extérieures a plus que doublé depuis 3 ans pour atteindre près de 1 milliard d'euros en 2008. Et pour Yves Boyer, expert de la fondation pour la recherche stratégique, ce n'est pas le moment de réduire notre effort de défense. Aujourd'hui, les dépenses militaires dans le monde sont plus élevées que durant la guerre froide (interview). Mais la décision de construire un second porte-avions est reportée à 2011 et globalement, le nombre de navires, d'avions et de chars sera revu à la baisse. Les auteurs du Livre Blanc rétorquent qu'au contraire, la France va se doter de nouveaux moyens pour assurer son indépendance politique. Les crédits des moyens de renseignement, notamment satellitaires vont être augmentés de manière significative - ce qui aurait fait dire à un militaire de la commission du Livre Blanc : « ça sert à quoi d'avoir des phares si je n'ai plus de voiture ? » Un reportage de Stéphane Fort. ____LIVRE : « Le livre blanc de la Défense et de la sécurité nationale » aux éditions Odile Jacob.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.