Reconnaissance faciale
Reconnaissance faciale © Max PPP

Le mois dernier, la RATP a renoncé à un projet destiné à remplacer le pass Navigo...La régie des transports parisiens envisageait l'utilisation d'un système de reconnaissance faciale pour franchir les tourniquets. Devant le tollé qui a suivi l'annonce, la RATP a abandonné définitivement cette idée.

Le zoom de la rédaction, reportage de Franck Cognard

La reconnaissance faciale, c'est à dire l'identification à partir de traits du visage, comme l'écartement entre les deux yeux, fonctionne parfaitement, si le nombre de visages à scanner est raisonnable, mais la RATP, c'est 2 millions et demi de voyageurs par jour à scanner, et selon Naofal Elwali, dont la société Axone Système commercialise des programmes de reconnaissance faciale, le flux est trop important pour être traité correctement. Donc techniquement, le projet RATP était bancal dès l'appel d'offres. Mais pire, il a été contreproductif, estime Bernard Didier, de la société Morpho.La reconnaissance faciale, c'est donc surtout pour les gouvernements: elle pourrait servir à sécuriser nos cartes d'identité, à valider des actes notariés. La police française l'intègre dans son nouveau super-fichier, ce qui ne plait d'ailleurs pas à la CNIL.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.