Demain, le Premier Ministre François Fillon, entamera une visite officielle au Liban. Le Liban nous a habitués ces derniers mois aux départs précipités de notre Ministre des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner. Le pays du Cèdre faisait face à une profonde crise politique ; la guerre civile menaçait et la France était aux côtés des Libanais. La France tient au Liban une place particulière et historique. (Reportage) C’est dans un climat politique relativement apaisé que François Fillon arrivera demain à Beyrouth. Les affrontements interconfessionnels qui avaient fait 85 morts en mai dernier sont presque oubliés par la classe politique libanaise, occupée aujourd’hui à gérer les affaires du pays, à préparer les prochaines élections législatives prévues au printemps prochain. François Fillon sera accompagné par le Ministre de la défense Hervé Morin et par Rama Yade, secrétaire d’Etat aux Droits de l’homme, mais aussi par une cinquantaine de chefs d’entreprise ou leurs représentants, car l’objet de cette visite de deux jours, c’est l’économie. Il n’y aura pas de signature de grand contrat commercial. Il s'agira surtout pour les entreprises françaises comme Alsthom, Caisse d’Epargne ou Areva de prendre ou de renouer des contacts. François Fillon arrive surtout avec de l’argent… 125 millions d’euros. 150 millions d’euros ont déjà été versés en avril. 225 millions le seront plus tard. Total : 500 millions d’euros. Il s’agit de la participation de la France à la reconstruction du pays. Une conférence internationale tenue à Paris en 2007 avait réuni une cinquantaine de pays qui ont promis de verser prés de 6 milliards d’euros pour aider le Liban. François Fillon signera également un accord de coopération en matière de défense. Il s’agit principalement d’action de formation des cadres de l’armée libanaise. Un reportage de Christophe Lurie, correspondant permanent à Beyrouth au Liban.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.