L'association parisienne Enfant Présent accueille chaque année 450 enfants dans des crèches au concept unique en France. Leur but : empêcher le placement des enfants en offrant une aide sociale aux parents.

La crèche préventive des Panoyaux accueille vingt enfants
La crèche préventive des Panoyaux accueille vingt enfants © Radio France / Hélène Chevallier

Un grand toboggan, des jouets éparpillés un peu partout et des enfants qui crient, courent, s'amusent. À première vue, la crèche des Panoyaux ressemble à n'importe quelle structure d'accueil pour les tout petits. Sauf qu'ici, les parents, souvent en grande difficulté, reçoivent un véritable soutien. Et c'est précieux pour la maman du petit Maty : "Je m'occupe toute seule de mon fils. L'équipe s'occupe de nos petits et en plus il y a le côté social qui va avec. Je vais demander un logement donc je vais voir s'ils peuvent m'aider". Dans la crèche, une petite pièce permet, en effet, aux familles de rencontrer des travailleurs sociaux pour les aider à trouver un logement, un travail, une formation. 

Des parents qui auraient eu peu de chance d'avoir une place dans une crèche classique, constate Valérie Farenc  : "On a pas mal de parents qui sont dans des situations très précaires et qui n'ont pas de mode de garde. On leur dit "Vous n'avez pas de travail, pas de papier donc vous n'êtes pas prioritaires". Alors que pour la cheffe de service de la crèche familiale, les "soulager" pendant quelques heures de leurs enfants permet d'éviter des situations de maltraitance : "On accueille beaucoup de femmes seules qui ont de la famille très loin, qui n'ont pas du tout de relais. Quand on est dans la précarité et qu'on est tout le temps avec son enfant, c'est là que peuvent arriver les difficultés".

"S'occuper des parents, des enfants, et des liens, permet de faire de la prévention à la maltraitance" - Anne Ferran-Vermot, psychologue

Assise par terre, Karine tient dans ses bras une petite fille. "Ce sont des enfants qui ont besoin d'être apaisé", explique l'auxiliaire de puériculture. "Ils peuvent avoir des réponses un peu plus brutales parfois pour certains. Donc on essaye d'apporter des réponses assez douces". Karine, comme ses collègues, est particulièrement attentive à repérer certains comportements des enfants "On peut détecter parfois un enfant qui va être un petit peu moins bien. On communique cette information à la psychologue ou aux personnes qui suivent les enfants". 

Les enfants souffrent parfois de problèmes de psychomotricité, de retards de langages ou ont juste besoin de petits ajustements dans leur éducation, leur alimentation. Des soins, des conseils qu'apporte l'équipe médico-sociale. "Il y a un véritable travail d'équipe" explique Laurence Falzon, une des deux pédiatres de l'association. " Avec un cadre de santé, une psychologue, des éducateurs-éducatrices spécialisé.e.s, de jeunes enfants, et aussi les auxiliaires de puériculture, des assistantes maternelles, des assistantes familiales. Toutes ces personnes sont formées à cet accompagnement".  Chaque enfant dispose d'un projet éducatif qui peut évoluer en fonction des situations familiales. 

"Si le parent va bien, l'enfant va bien"

La plus belle victoire de l'équipe :  voir des parents retrouver le plaisir d'être avec leurs enfants. "Si le parent va bien, l'enfant va bien"  explique le directeur d'Enfant présent. Arnaud Galais regrette que le modèle de cette crèche préventive créée il y a plus de 30 ans par l'association reste unique en France : "On travaille beaucoup avec des réseaux de périnatalité qui nous alertent dès le début de la grossesse. Et cela, en France, on ne sait pas le faire. Tout ce qui est prévention, prévention précoce, prévention éducative, la France n'est pas bonne." 

En  2017, près de 177 000 enfants étaient placés au nom de la protection de l'enfance. Un chiffre en constante augmentation ces 5 dernières années.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.