Les syndicats de médecins scolaires organisent une grève aujourd'hui et manifesteront cet après-midi à Paris. Ils dénoncent l'absence de créations de postes, l'extension de leurs secteurs et des moyens de fonctionnement insuffisants, notamment pour leurs frais de déplacement. Les médecins scolaires sont environ 2 000 sur toute la France, soit un médecin pour 7 300 élèves en moyenne et 95 % d'entre eux sont des femmes. Sonia Bourhan a suivi un médecin scolaire pour mieux comprendre sa mission. Le Docteur Chantal Sylvain est une petite femme dynamique, qui ne fait pas du tout ses 62 ans et qui travaille sur le secteur de La Courneuve en Seine-St-Denis. Une fois par semaine, elle se rend à l'école Anatole France, où elle avait rendez-vous mardi avec Léa et sa maman. Au départ, elle avait convoqué la petite fille pour un problème d'asthme mais finalement, elle a découvert une dyslexie (son). Le médécin scolaire ne soigne pas mais oriente vers d'autres professionnels de santé. Son regard est essentiel car il peut détecter certaines difficultés qui se répercuteront sur le travail de l'élève. Problèmes d'audition, problèmes de vue par exemple. Des bilans systématiques sont pratiqués avant l'entrée en CP. A l'issue du rendez-vous, la maman de Léa reconnaît que c'est important (interview). Ces dernières années, le rôle des médecins scolaires s'est accru avec la prise en charge du handicap, la recrudescence des allergies. Le Docteur Chantal Sylvain a vu aussi la société évoluer en 25 ans de médecine scolaire (interview). Les missions deviennent plus complexes pour des salaires qui ont toujours été très faibles (interview). Les choses ont un peu évolué quand même. Alors justement aujourd'hui, combien gagne un médecin scolaire ? Après 10 années d'études, il gagne entre 1600 et 3100 euros en fin de carrière. Le métier n'attire plus. Comme le confirme le Docteur Sophie Brunhnes-Perez, du syndicat national autonome des médecins de santé publique de l'Education nationale (interview). Résultat, un manque criant de médecins scolaires. On compte un médecin pour 7800 élèves. Et la situation est parfois plus critique en milieu rural. En Mayenne par exemple, pour 60 000 élèves, on compte deux médecins scolaires. Dans ces zones, les déplacements sont incessants comme le raconte Lise-Marie Testau, du syndicat des médecins FO, qui travaille dans le Sud-Finistère (interview). On sent quand même un certain découragement devant les difficultés. C'est vrai que par exemple le Docteur Chantal Sylvain, à La Courneuve, a parfois songé à changer d'activité, notamment l'année dernière, elle était découragée après les émeutes en banlieue, mais à trois ans de la retraite, elle est toujours là (interview) ! Se sentir utile, tout simplement, c'est la motivation essentielle de ces médecins qui voudraient qu'on les reconnaisse davantage et qui, pour certains, seront en grève aujourd'hui. Un dossier de Sonia Bourhan, spécialiste des questions d’éducation à France Inter. Le Docteur Chantal Sylvain est une petite femme dynamique, qui ne fait pas du tout ses 62 ans et qui travaille sur le secteur de La Courneuve en Seine-St-Denis. Une fois par semaine, elle se rend à l'école Anatole France, où elle avait rendez-vous mardi avec Léa et sa maman. Au départ, elle avait convoqué la petite fille pour un problème d'asthme mais finalement, elle a découvert une dyslexie (son). Le médécin scolaire ne soigne pas mais oriente vers d'autres professionnels de santé. Son regard est essentiel car il peut détecter certaines difficultés qui se répercuteront sur le travail de l'élève. Problèmes d'audition, problèmes de vue par exemple. Des bilans systématiques sont pratiqués avant l'entrée en CP. A l'issue du rendez-vous, la maman de Léa reconnaît que c'est important (interview). Ces dernières années, le rôle des médecins scolaires s'est accru avec la prise en charge du handicap, la recrudescence des allergies. Le Docteur Chantal Sylvain a vu aussi la société évoluer en 25 ans de médecine scolaire (interview). Les missions deviennent plus complexes pour des salaires qui ont toujours été très faibles (interview). Les choses ont un peu évolué quand même. Alors justement aujourd'hui, combien gagne un médecin scolaire ? Après 10 années d'études, il gagne entre 1600 et 3100 euros en fin de carrière. Le métier n'attire plus. Comme le confirme le Docteur Sophie Brunhnes-Perez, du syndicat national autonome des médecins de santé publique de l'Education nationale (interview). Résultat, un manque criant de médecins scolaires. On compte un médecin pour 7800 élèves. Et la situation est parfois plus critique en milieu rural. En Mayenne par exemple, pour 60 000 élèves, on compte deux médecins scolaires. Dans ces zones, les déplacements sont incessants comme le raconte Lise-Marie Testau, du syndicat des médecins FO, qui travaille dans le Sud-Finistère (interview). On sent quand même un certain découragement devant les difficultés. C'est vrai que par exemple le Docteur Chantal Sylvain, à La Courneuve, a parfois songé à changer d'activité, notamment l'année dernière, elle était découragée après les émeutes en banlieue, mais à trois ans de la retraite, elle est toujours là (interview) ! Se sentir utile, tout simplement, c'est la motivation essentielle de ces médecins qui voudraient qu'on les reconnaisse davantage et qui, pour certains, seront en grève aujourd'hui. Un dossier de Sonia Bourhan, spécialiste des questions d’éducation à France Inter.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.