Le phénomène ne vous a pas échappé, surtout si vous avez des ados : les influenceurs sur les réseaux sociaux, parlent de mode, de beauté ou que sais-je-encore, sur YouTube et Instagram. Ils sont suivis par des centaines de milliers d'abonnés. De plus en plus de marques font appel à eux pour promouvoir leurs produits.

Le rôle des influenceurs évolue mais reste toujours aussi important pour les marques
Le rôle des influenceurs évolue mais reste toujours aussi important pour les marques

Paola Locatelli est ce qu’on appelle un phénomène générationnel. Les plus de 30 ans n’ont jamais entendu parler d’elle, mais elle fait un carton chez les adolescents. Ils constituent l’immense majorité de ses 1 million 300 000 abonnés sur Instagram. "Je suis lycéenne, en première, près de Paris", explique la jeune fille de 15 ans rencontrée lors d’une séance photo. 

"À côté de ça, je suis aussi influenceuse sur les réseaux sociaux (YouTube et Instagram). J'ai commencé quand j'avais 12 ans".  À  12 ans , en effet, Paola Locatelli postait des vidéos d’elle sur YouTube. On la voyait se maquiller, ou manger des Kit-Kat avec ses copains. Ça ne volait pas bien haut, sauf qu’on fil des ans, elle a engrangé les abonnés et des marques ont commencé à la contacter, pour qu’elle parle de leurs produits : maquillage et vêtements essentiellement. 

Aujourd’hui Paola est représentée par une agence (l'agence Follow), comme les mannequins professionnels. Elle monnaie ses posts entre 1 000 et 5 000 euros. Elle travaille pour une trentaine de marques. Et comble de la reconnaissance pour elle, elle a été reconnue par la chanteuse Rihanna lors d'un déplacement en Corée du Sud. 

Grâce aux influenceurs, les marques peuvent s’adresser à la cible stratégique des moins de 25 ans. Ainsi le groupe l'Oréal fait travailler plus de 80 000 influenceurs. "Ils donnent une forme d'authenticité, de fraîcheur, à nos campagnes marketing", explique Lubomira Rochet, directrice générale chargée du numérique chez l'Oréal. Sauf qu’il y a eu des scandales récemment. Des influenceurs ont acheté de faux abonnés. Et puis les internautes en ont un peu assez de cette vision très aseptisée et consumériste de la société. 

Loïc Cardoso Vieira est influenceur mode et beauté sur Instagram. Il reconnaît que sur Instagram "Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil". Mais le jeune homme le revendique: "Instagram, c'est un filtre à la vie, pour mettre un petit peu de bonheur dans la vie des gens". 

View this post on Instagram

I’ve been thinking bout you 🎶

A post shared by Loïc Cardoso Vieira (@loic_crds_vr) on

Il n’empêche, Mickaël Stora psychologue spécialiste des réseaux sociaux, met en garde les adolescents. "L'apparence est devenue un enjeu existentiel. Et c'est là où je m'inquiète pour nos adolescents", dénonce le psychologue qui reçoit de nombreux jeunes en consultation. "Les influenceurs nous montrent des images idéalisées, un idéal inatteignable et quelque part tyrannique". 

Et d’ailleurs l’une des influenceuses les plus suivies en France, la jeune Enjoy Phoenix a écrit en novembre dernier qu’elle désertait Instagram car elle en avait assez de ce monde "si petit, plein de paillettes en façade". Elle continue quand même à publier des photos d’elle. 

"La toute-puissance des influenceurs, mythe ou réalité ? ", c’est un reportage de Jean-André Giannecchini et Géraldine Hallot à retrouver en longueur ce dimanche dans l’émission Interception. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.