Silwan est juste en bordure de la vieille ville de Jérusalem, en contrebas de l'Esplanade des Mosquées
Silwan est juste en bordure de la vieille ville de Jérusalem, en contrebas de l'Esplanade des Mosquées © maxppp

Depuis 1967, Israël occupe Jérusalem-Est. L'Etat hébreu multiplie la construction de logements sur ce territoire palestinien. Une politique jugée illégale par la communauté internationale, mais qui dure depuis plus de 50 ans. Exemple à Silwan.

Dans le quartier arabe de Silwan, les habitants se sentent de plus en plus menacés par l'arrivée de colons juifs. Silwan est juste en bordure de la vieille ville de Jérusalem, en contrebas de l'Esplanade des Mosquées. Plus de 50.000 palestiniens vivent ici dans un quartier aux allures de favelas, mais à très forte valeur symbolique. Il est construit sur les fondations de la Jérusalem originelle, la Cité de David.

Au cœur de leur rêve biblique

Depuis 20 ans, des colons très militants ont donc choisi de s'y installer pour vivre au cœur de leur rêve biblique. Daniel Luria est le directeur d'Ateret Cohanim, une association qui favorise l'implantation de juifs dans les quartiers arabes. Pour lui, cet endroit est le centre du monde juif. Ces colons sont aujourd'hui 500 dans le quartier de Silwan. Ils vivent souvent retranchés dans leurs maisons, un drapeau israélien planté sur le toit. En clair, la cohabitation avec les Palestiniens est extrêmement difficile, impossible raconte cette mère de famille palestinienne, "je suis comme encerclée…Ils viennent même jeter leurs ordures devant ma porte."

Des forces de sécurité visibles et couteuses

Il s'agit de surveiller sans cesse les déplacements et les alentours des maisons des colons. Un dispositif de gardes privés qui coûte très cher, 15 millions d'euros par an, payés en partie par les résidents de Jérusalem. Comme l'explique cet habitant de Silwan, Fahri Abu Diab : " Ce sont des compagnies privées et on a aucun contact avec eux."

Tensions à l'intérieur même de la société palestinienne

La présence des colons créent aussi de très fortes tensions à l'intérieur même de la société palestinienne.

Car des habitants sont désormais tentés de vendre leurs maisons. C'est ce qui est arrivé il y a un mois et demi. Plusieurs familles ont vendu leur appartement à prix d'or, à des colons. Ce qui rend fou de rage ce militant local Jawad Syam. "Ils seront virés du village… On doit les arrêter et les mettre en prison."

Les colons 1% de la population de Silwan

Les colons ne représentent que 1% de la population de ce quartier Ils sont 500 pour 50.000 palestiniens.

Dans tout Jérusalem, ces enclaves juives en quartier arabe représentent 2.600 colons sur 300.000 habitants palestiniens. Démographiquement, ces colons ont très peu de poids. Mais c'est leur poids politique qui compte, comme le dit cet avocat spécialiste de Jérusalem, Daniel Seideman. Pour lui, le développement de la colonisation entraine le conflit politique vers un conflit religieux sans issue.

Le conflit a peu de chances de s'éteindre dans l'immédiat. Puisque l'une des associations de colons les plus riches à Jérusalem, ELAD, vient d'obtenir le feu vert de la municipalité afin de construire à l'entrée de Silwan un gigantesque complexe touristique et archéologique autour de la Cité de David.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Jérusalem : un nouveau cap franchi dans les violences

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.