Quand la médecine est de plus en plus pointue pour venir en aide aux sportifs de haut-niveau ! La France possède l'un des outils les plus modernes au monde dans ce secteur : le pôle médical de l'INSEP (l'institut national du sport, de l'expertise et de la performance) dans le bois de Vincennes à Paris.

Au pôle médical de l'INSEP à Vincennes
Au pôle médical de l'INSEP à Vincennes © ©INSEP

C'est une véritable clinique au service de la performance pour façonner les champions de demain. 

Pour la première fois, un micro, celui de France Inter, s'est glissé dans ce lieu gardé secret.

Objectifs : prévention et performances

Des électrodes sur le torse, un masque sur la bouche pour mesurer son souffle, Damien, athlète, court jusqu'à l'épuisement sur un tapis roulant 

Sur ses écrans, le docteur Ivan Zagori décortique en temps réel les performances du sportif. Le rythme cardiaque, la tension mais aussi la quantité d'oxygène absorbée et la quantité de CO2 rejetée. 

Tout cela sert à protéger votre sportif, s'assurer qu'il va pas mourir sur le terrain, mais aussi à quantifier son potentiel et améliorer son entrainement

Le corps descend jusqu'à - 110° !

Après le coup de chaud, on passe au coup de froid avec la salle de cryothérapie à quelques mètres de là : le corps est plongé dans une atmosphère glaciale. Une première pièce à -10 degrés, une seconde à -60, une troisième à -110° !

Descendre jusqu'à -110° grace à la cryothérapie
Descendre jusqu'à -110° grace à la cryothérapie / ©INSEP

L'INSEP a été l'un des pionniers en France dans l'utilisation de la cryothérapie. Le fleuron du sport français s'est doté des instruments les plus performants pour accompagner les athlètes de haut niveau sur le plan médical.

S'entraîner ensemble

Lucile Duport a été opérée des ligaments croisés du genou il y a 7 mois. La judokate reprend la course dans un drôle d'appareil, l'alter G. une machine qui permet de courir comme en apesanteur pour alléger le poids du corps : 

Ça permet de retrouver les sensations de la course, on est avec d'autres sportifs blessés, même si on est pas tous du même sport, on veut tous la même chose, ça fait une émulation

800 athlètes s'entrainent à l'INSEP. Parmi eux, on trouve  la génération 2024 dont la plupart sont mineurs et qui participeront aux JO à Paris. L'équipe médicale a pour mission de les choyer et de les sensibiliser à de nombreux sujets comme le dopage. Il faut aussi les protéger des blessures, en partant d'un constat simple. 

A l'INSEP les athlètes préparent leur avenir
A l'INSEP les athlètes préparent leur avenir / ©INSEP

Sébastien Le Garrec est le responsable de ce pôle médical.

Nos athlètes médaillés aux JO sont ceux qui se sont le moins blessés durant l'année qui a précédé.

L'excellence a un coût 

L'INSEP a déboursé presque 2 millions d'euros pour un équipement IRM dernier cri. Dans un contexte lourd où le monde sportif doit faire des économies, le budget de l'INSEP (moins de 31 millions d'euros) est-il à la hauteur ? 

Son directeur général, l'ancien lutteur Ghani Yalouz, cherche d'autres solutions en sollicitant des partenaires privés ou des mécènes.      

Oui il y a le coût et il faut se battre pour aller chercher de l'argent parce qu'il y a des gens qui veulent nous accompagner

L'INSEP en tout cas reste un modèle puisque 21 pays se sont inspirés de ses méthodes partout dans le monde. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.