Un reportage signé Franck Cognard Retour sur les opérations de police qui ont conduit à la fermeture de trois cercles de jeux à Paris. Trois cercles (Haussman, Wagram et Eldo) fermés dans deux affaires distinctes. Première affaire : le cercle Haussman, fermé fin mai, à la suite d'un contrôle routier. L'automobiliste parisien avait avec lui, notamment, 90 000 euros en liquide, gagnés au cercle Haussman. Problème : pas de trace de cet argent dans la comptabilité du cercle. L'enquête montre que le cercle dissimulait, au milieu des autres tables, des tables illégales. C'est ce qu'explique le commissaire Jean-Pierre Alezra, patron du service des courses et jeux. Interview de Jean-Pierre Alezra La cagnotte ne profitait donc qu'à certaines personnes. Une grosse cagnotte parfois, puisqu'il pouvait y avoir plusieurs centaines de milliers d'euros sur ces tables clandestines. - Deuxième affaire : les fermetures des cercles Wagram et Eldo le 8 juin. Les deux affaires sont liées et sans ce cas-là il s'agit de racket ? Grâce à des écoutes et un peu de hasard, justice et police sont tombées sur une équipe de bandits corses tentant de racketter, ou d'évincer, le propriétaire du Wagram. Ces Corses, bien connus de la police (l'un répond par exemple au surnom de Tony-le-Boucher), auraient alors pu ponctionner les cercles. Comment ? En minorant les recettes aux tables, ce qui permet de dégager du cash quasi intraçable. Mais quand un groupe criminel contrôle un cercle, il y a plus grave que la minoration de recettes, explique Daniel Anceau, ancien commandant aux Courses et Jeux. Interview de Daniel Anceau - Mais pourquoi cet intérêt pour les cercles et pas les casinos ? Parce qu'au contraire des casinos, les cercles ne sont pas des sociétés commerciales, mais des associations Loi 1901, avec des règles comptables moins strictes. La législation des cercles est obsolète, tout le monde l'admet, mais elle n'a pas changé depuis 1947. Cependant, le milieu ne s'intéresse pas seulement au poker depuis 5-6 ans. C'est une vieille "tradition", selon Daniel Anceau. Interview de Daniel Anceau - Une particularité des huit cercles parisiens : tous sont tenus par des Corses. Ce qui alimente -sans faire du racisme anti-corse- les soupçons de porosité entre ce monde des jeux et le grand banditisme. Mais pourquoi cette particularité ? Question posée à un Corse, ancien grand flic, et actuel président (c'est de l'administratif essentiellement, il ne s'occupe pas directement des tables) de l'Aviation Club de France, Charles Pellegrini. Interview de Charles Pellegrini

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.