Il y a un an, jour pour jour, les 577 députés prenaient place à l'Assemblée. En Marche ! avait investi pour les élections législatives 52 % de candidats issus de la société civile. Des novices en politique, qui ont sauté le pas. Pari réussi ou pas ?

Les députés LREM, un an après : bien installés? Ou mal implantés...
Les députés LREM, un an après : bien installés? Ou mal implantés... © AFP / François Guillot

L'implantation en politique est une affaire qui prend du temps. Sabine Thillaye, députée LREM d'Indre-et-Loire, le reconnaît humblement. Après une année passée à l'Assemblée nationale, cette Franco-Allemande de 59 ans s'est hissée à la présidence de la Commission des Affaires européennes. Elle a su parfaitement s'acclimater. En revanche dans sa circonscription... elle y passe peu de temps. Elle le sait ! Résultat, les habitants de Saint-Cyr-sur-Loire – là où elle réside pourtant – la connaissent à peine. 

Sur l'ancrage local, il reste du travail !

La députée Sabine Thillaye, présidente de la commission des Affaires Européennes à l'Assemblée nationale
La députée Sabine Thillaye, présidente de la commission des Affaires Européennes à l'Assemblée nationale © Radio France / Carine Bécard

Thomas Mesnier s'installe tous les samedis sur le marché d'Angoulême. Ce médecin-urgentiste de 32 ans, devenu député de Charente après l'avoir emporté sur l'ancienne secrétaire d'Etat Martine Pinville, veut trouver du temps pour ses administrés. C'est un principe, dès son élection, qu'il s'est fixé. Ce qui ne veut pas dire qu'il veut faire comme ses prédécesseurs. Au contraire ! Les habitudes doivent changer. Pour lui, un député ne doit pas être prêt à tout pour le rester...

"Les députés ne sont pas là pour être des agents de Pôle emploi"

Le député Thomas Mesnier, dans son bureau de l'Assemblée nationale, au 126 rue de l'Université à Paris
Le député Thomas Mesnier, dans son bureau de l'Assemblée nationale, au 126 rue de l'Université à Paris © Radio France / Carine Bécard

L'obsession des députés de la majorité : changer profondément la pratique du pouvoir. Les macronistes ont-ils réussi à "révolutionner" la vie politique comme le président l'avait promis pendant la campagne ? Les marcheurs du Comité LREM d'Angoulême ont planché sur le sujet. L'atelier a été animé. Chacun a été prié de s'exprimer... et si certains apprécient les premières avancées, d'autres attendent que les changements aillent plus vite et plus loin. 

L'atelier "Bilan, après un an" organisé par le Comité LREM d'Angoulême
L'atelier "Bilan, après un an" organisé par le Comité LREM d'Angoulême © Radio France / Carine Bécard

De nombreux députés de La République en marche vivent leur mandat à l'Assemblée nationale comme une mission. Ils se sont engagés pour cinq ans. Leur objectif n'est plus de durer.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.