La galerie des Gobelins à Paris rouvre enfin après 35 ans de fermeture ! Elle expose des meubles anciens conservés par le Mobilier National et des objets achetés à des créateurs contemporains pour équiper les bâtiments de l'Etat. L'Etat, justement, est en plein déménagement ! Nouveau président, nouveaux ministres, il va falloir équiper tout ce petit monde, en bureaux, fauteuils... Alors que font les déménageurs de la République en ce moment ? Imaginez un gigantestque garde meubles. Des dizaines de milliers de meubles et d'objets, du 18ème siècle à nos jours, et quelques 600 lieux à meubler - palais, ambassades… Ces jours ci, les inspecteurs du Mobilier National vont fouiller dans leur réserve pour satisfaire les goûts des uns et des autres. Bernard Schotter est l’administrateur général du Mobilier National (interview). Y a-t-il parfois des demandes complètement saugrenues ? La réponse est non pour les bureaux. Les inspecteurs sont beaucoup plus discrets quand il s'agit des appartement privés des ministères. Deuxième mission, surveiller les meubles, vérifier l'état du mobilier avec des visites régulières et surtout retrouver ce qui s'égare. Le ministère de la défense est connu pour avoir perdu 1800 objets sur 6400 en dépot dans ses murs. C'est Michelle Alliot-Marie elle-même qui a signé une centaine de plaintes. Dans ce garde meubles, les inspecteurs achètent aussi des créations contemporaines. Ils sont un peu des têtes chercheuses. Un exemple d'achat de mobilier contemporain en 2000 : des nouveaux fauteuils pour la tribune présidentielle du 14 juillet. On a remplacé les chaises en bois doré par les créations d'un designer à la mode, Christophe Pillet - vous les verrez aux Gobelins ; le fauteuil du président de la République, coque en bois précieux avec sabot d'acier, garniture de cuir couleur ivoire. Les créateurs sont toujours ravis de voir arriver une commande du mobilier national - ça leur permet de rentrer dans le patrimoine national. Christian Duc, designer, travaille régulièrement pour le Mobilier National (interview). Parmi les designers qui ont travaillé pour l'Etat, Eric Gizard, dont le mobilier a été sélectionné pour le nouveau bureau de Jacques Chirac. C'est à deux pas du Palais Bourbon, au 119 de la rue de Lille (dans le 7ème arrondissement de Paris). C'est là encore un choix de Claude Chirac (interview). Enfin si vous trouvez que les ministères ne sont pas assez ouverts, et bien allez visiter la galerie des Gobelins, pour voir quelques exemples de ce que le mobillier national met au service de l'Etat. Exemple des trésors anciens à découvrir avec Didier Blin, qui a conçu la mise en place de ces objets (interview). Visite guidée possible sous réserve d'un mouvement de grève des conférenciers, dont la rémunération va baisser de 30%, à l'occasion de l'ouverture de cette galerie des Gobelins. Un dossier de Christine Siméone.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.