L'Irlande se prononce vendredi pour ou contre le mariage gay.
L'Irlande se prononce vendredi pour ou contre le mariage gay. © Reuters

L’Irlande se prononce pour ou contre le mariage gay ce vendredi. Il s'agit du premier pays au monde à soumettre la question à un référendum. D'après les sondages, le "oui" est nettement en tête, signe que la société irlandaise, longtemps très conservatrice, sous l’influence de l’Église catholique, a beaucoup évolué ces dernières années.

En Irlande, l’homosexualité était encore considérée comme un crime jusqu’en 1993. Il y a 20 ans, très peu de gays et lesbiennes osaient faire leur coming-out. Linda et Feargha, 49 ans toutes les deux, se sont longtemps senties marginalisées, presque à l’écart de la société irlandaise. Ces deux femmes vivent ensemble à Dublin avec leurs deux filles, des jumelles de 5 ans. Linda et Feargha ont prévu de se marier si le "oui" l’emporte demain :

Je trouve cela encore incroyable que ce soit possible ! C'est une chose à laquelle je ne pensais pas pouvoir prétendre dans mes rêves les plus fous.

Linda et Feurga ont déjà signé un partenariat civil, autorisé depuis 2010, qui donne les mêmes droits que le mariage. Mais les deux femmes tiennent au mariage, symbole à leurs yeux de l’égalité entre homo et hétérosexuels.

L'Église a perdu de son influence

Les sondages donnent le "oui" vainqueur avec 70% des voix dans ce pays où l’Église a joué un rôle majeur dans l'histoire. Lors du dernier recensement en 2011, 84% des Irlandais se disaient catholiques. Un tiers vont à la messe une fois par semaine.

L’Église ne fait pas campagne officiellement contre le mariage gay mais elle est très proche des organisations qui militent pour le "non". De nombreux évêques appellent d'ailleurs à voter contre la mesure. Mais l’Église catholique a beaucoup perdu de son influence en Irlande.

Son image a d'abord été ternie par de nombreux scandales d’abus sexuels sur des enfants. Et la société irlandaise a évolué : plus laïque, plus ouverte au monde, à l’immigration. Résultat, aujourd’hui, tous les grands partis politiques font campagne pour le "oui". Tom Inglis est professeur de sociologie à University College, à Dublin :

Certes, les gens envoient encore leurs enfants à l'école catholiques. Ces enfants feront leur première communion. Les mariages sont célébrés à l'église, etc. Mais cela ne veut pas dire que pour les questions de morale, de sexualité, ces catholiques vont suivre à la lettre les enseignements de l'Église. Ils ne sont pas "idéologisés", ces temps-là sont révolus.

L’Église reste malgré tout une institution puissante en Irlande : l’avortement y est ainsi encore interdit, sauf dans des circonstances exceptionnelles. Et le mariage gay n’est pas encore validé. Une forte abstention vendredi pourrait favoriser le "non". Les référendums irlandais réservent souvent des surprises.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.