La ville de Paris tente de convertir au bio les fermes situées près de ses captages d’eau potable. La moitié de l’eau du robinet des Parisiens provient de sources souterraines autour de la capitale, dans des zones agricoles. Paris veut créer son propre dispositif d'aides.

La source d'Armentière, dans l'Aube, fournit 6% de l'eau du robinet de Paris
La source d'Armentière, dans l'Aube, fournit 6% de l'eau du robinet de Paris © Radio France / Sandy Dauphin

Derrière une lourde porte, à l'abri dans un bâtiment en pierre, coule la source d'Armentière. Située près de Sens (dans l’Aube) à 150 kilomètre de Paris, cette source historique, entourée par les champs, fournit de l'eau potable à la capitale depuis 1871. 

La source d'Armentière dans l'Aube, fournit 6% de l'eau du robinet des Parisiens.
La source d'Armentière dans l'Aube, fournit 6% de l'eau du robinet des Parisiens. © Radio France / Sandy Dauphin

À l’époque, la Seine est trop polluée, Paris décide de puiser son eau potable loin de la capitale, à la campagne, jusqu’en Bourgogne au sud, et en Normandie à l’ouest. Ce réseau d’alimentation imaginé au 19e siècle par le général Belgrand, proche du baron Haussmann, fonctionne toujours aujourd’hui. Mais il faut désormais dépolluer l'eau des campagnes.

Dans la source d’Armentière, l’eau limpide circule dans un labyrinthe de galeries creusées dans la craie, avant de se jeter dans un bassin rond aux reflets turquoises. Elle est ensuite acheminée par aqueduc jusqu'à l'usine de L’Haÿ-les-Roses, en banlieue parisienne où elle est traitée en trois étapes  : charbon actif, ultrafiltration et chloration. 

Prévenir plutôt que guérir

Une dépollution coûteuse, d'où l'intérêt de réduire la contamination à la source explique Manon Zakéossian, responsable du service protection de la ressource à la régie municipale, Eau de Paris "les sources sont impactées par l’activité agricole, donc on retrouve des pesticides et des nitrates (...) Le premier interlocuteur avec lequel on doit travailler ce sont les agriculteurs de ces territoires là".

Par moment, selon la période de pluviométrie, les périodes d’application des traitements phytosanitaires des agriculteurs, on retrouve des pesticides à des teneurs qui sont supérieurs à la limite de qualité avant traitement.

Depuis 2008, Eau de Paris essaie de convaincre les fermes situées près de ses captages d'eau potable d'utiliser moins de pesticides et d'engrais. 

Le réseau d'alimentation d'eau de Paris
Le réseau d'alimentation d'eau de Paris / Eau de Paris

Hugo Giffard, chargé de mission agriculture à Eau de Paris dans la vallée de la Vanne-Ru de Saint-Ange (dans les départements de l’Yonne et de l’Aube), organise des réunions d'information auprès des agriculteurs et leur propose une assistance technique et administrative gratuite : "Si le passage au bio peut paraître compliqué pour certains agriculteurs proches de la retraite", souligne ce VRP du bio, "d’autres sont déjà convaincus", sensibles à l’argument santé. La pression des riverains joue aussi. "Certains agriculteurs me disent que lorsqu’ils passent dans le village avec le pulvérisateur (de produits phytosanitaires), ils sentent le regard désapprobateur d’une partie de la population" explique Hugo Giffard. 

Dans ce secteur le long de la Vanne où 13 sources fournissent 20 % de l’eau du robinet de Paris, le changement de pratiques est visible. Quasi inexistante il y a 10 ans, l'agriculture biologique représente aujourd’hui 15% de la surface agricole. Le reste est encore dédié essentiellement aux grandes cultures.   

La famille Vincent, à Chigy dans l'Yonne s'est convertie à l'agriculture bio en 2010
La famille Vincent, à Chigy dans l'Yonne s'est convertie à l'agriculture bio en 2010 © Radio France / Sandy Dauphin

À Chigy dans l’Yonne, Jérôme Vincent fait partie d'un groupement d'agriculteurs convertis au bio, Terres du pays d’Othe qui cultive, lentilles, blé, colza et chanvre. Le déclic s’est fait en 2010. 

"Mes parcelles sont à quelques centaines de mètres des sources. Dans les analyses d’eau de ces sources on retrouvait des molécules que j’utilisais. Il fallait faire quelque chose pour protéger la ressource. J’ai fait le choix de passer à l’agriculture biologique"

Dans cette famille d’agriculteurs depuis des générations, pas évident de renoncer aux traitements phytosanitaires et aux engrais chimiques. Il a fallu passer un cap psychologique, reconnait Jérôme Vincent. "En agriculture conventionnelle la chimie est considérée comme une sécurité, j’avais peur de perdre cette sécurité là en passant au bio".  C’est tout le contraire qui s’est produit, explique cet agriculteur qui se dit plus serein aujourd’hui : "avant j’avais toujours peur qu’un insecte ou une maladie ravage mes cultures. Aujourd’hui, je ne dis pas qu’il n’y a pas de souci des fois, mais la nature va réguler. Je sais que je dois vivre avec quelques insectes, quelques mauvaises herbes. À moi de maîtriser les choses, je diversifie beaucoup plus les cultures. C’est avec beaucoup de bonheur que je vis en bio aujourd’hui". 

Cette transition agricole est un enjeu important pour Paris car la moitié de son eau du robinet provient des sources souterraines

Pour éviter les retards dans le versement des subventions aux producteurs biologiques, la ville de Paris veut créer son propre régime d'aides. Pour cela, il faut convaincre Bruxelles explique Célia Blauel maire adjointe de Paris et présidente d'Eau de Paris : "Aujourd’hui on a plus d’une centaine d’agriculteurs qui s’est engagée à changer de pratiques agricoles pour protéger la ressource en eau, mais l’on constate qu’on n’arrive pas à aller plus loin, ou en tout cas plus vite car les dispositifs nationaux ne sont pas du tout adaptés au travail des agriculteurs. Donc a décidé de pouvoir donner nous-mêmes, Eau de Paris, une aide aux agriculteurs. Et pour y arriver, il nous faut un accord de la Commission Européenne".

Et même si la filière biologique se porte très bien, la ville de Paris cherche aussi des débouchés en circuit court pour ses agriculteurs partenaires. Les producteurs de l’Yonne ont fourni 7 tonnes de lentilles aux cantines scolaires parisiennes l'année dernière.   

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.