Bugarach
Bugarach © EPA/MAXPPP / Didier Déniel

La fin du monde est proche du moins à en croire certaines interprétations du calendrier maya qui annonce la fin d'un cycle, pour le 21 décembre 2012. Certains en ont conclu que le monde disparaitrait ce jour là. A un mois de cette date fatidique, Stéphane Iglésis est allé dans le village de Bugarach dans l'Aude.

Certains croient que le pic de Bugarach va les sauver. D’autres souhaitent voir atterrir une soucoupe volante le 21 décembre. Celle-ci, selon eux, pourrait apporter des pièces détachées pour le véhicule du troisième type caché, depuis des siècles à l’intérieur de la montagne. Il y a aussi les adeptes du magnétisme qui pensent que les avions qui survolent le pic perdent la boule ou plutôt leur cap. D’autres pensent qu’ils auront un supplément de vie en se promenant simplement sur la montagne. Il y a enfin ceux qui croient qu’une partie des vestiges de l’Atlantide seraient engloutis à l’intérieur du pic dans un monde sous-terrain. Quant au tamtam médiatique entourant cette supposée fin du monde, le maire avoue qu’il l’a lancé pour protéger le village.Parmi les autres explications, notamment scientifiques : un ancien assistant de l'université du Mirail, adpete du paranormal et fondateur d'un laboratoire privé, de parapsychologie, Yves Lignon, souligne que les calculs prévoyant la fin du monde le 21décembre seraient faux. Tout ça n'empêche pas de sourire, et une partie des visiteurs actuels ne s'en privent pas, comme un groupe de belges venus avec un casque en aluminium sur la tête et petites antennes pointées vers le ciel. Quant au préfet de l’Aude, il a fait interdire autour du 21 décembre tout accès au pic. Les visiteurs seront comptés et filtrés, les habitants et leurs familles pourront circuler librement, sauf sur la montagne. Reste que cette fin du monde le 21 décembre serait la 183e annoncée depuis la chute de l’Empire Romain il y a 1600 ans. Comme dit le proverbe, il n'y a que la foi qui sauve.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.