A la veille du 50ème anniversaire de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, retour à Dallas au Texas la ville dans laquelle le 43ème président américain a été tué par Lee Harvey Oswald sous l’œil du monde entier le 22 novembre 1963.Aux Etats-Unis, comme pour le 11 septembre, tout le monde se souvient de ce qu’il faisait, de l’endroit où il était quand Kennedy a été assassiné, mais ceux que vous avez rencontré à Dallas, Frédéric Carbonne, sont des acteurs de cette journée tragique.

Jackie et John F Kennedy arrive à Dallas
Jackie et John F Kennedy arrive à Dallas © radio-france

Ce sont des gens de Dallas dont l’histoire professionnelle et intime a croisé ce 22 novembre 63 la grande histoire..A l’hôpital Parkland, c’est là que le président Kennedy arrive quelques minutes après avoir été touché à midi et demi, deux balles, une dans le dos et une en pleine tête..Le docteur Jones est prévenu par un appel général..il débute sa carriére, c’est un jeune interne, et il raconte qu’ils se retrouvent à une vingtaine dans la salle d’opération, il se souvient d’un moment de grand silence, pendant une dizaine de minutes l’équipe fait tout ce qu’elle peut jusqu’à qu’il faille se résoudre à l’inéluctable."Ce n’était pas à moi de rendre officiel le décés du président" dit aujourd’hui le docteur Jones.. La volonté de Jackie Kennedy sera respectée, le prêtre viendra prononcer les derniers sacrements..et la mort sera annoncée au monde entier à 13h, une demi-heure après l’assassinat.Et c’est à peu près à ce moment là qu’une jeune fille de 13 ans quitte les abords de Dealy Plaza, là où la foule était massée pour applaudir le cortège présidentiel.Tina Townder était venue avec ses parents…et sa caméra, il ne faut en effet pas oublier qu’il s’agit de la première tragédie qui a donné lieu à autant de vidéo d’amateurs..Tina Townder filmait juste avant le moment fatal.Pour ces gens qui ont approché d’aussi prés l’assassinat de Kennedy, quelle trace cela laisse, est-ce que cette expérience peut se partager.. Tina Townder dit par exemple que son père, un ancien militaire, n’a jamais pu parler de ce qu’il avait vu ce jour là..Et ça a été longtemps le cas aussi d’Eugene Boone..de longues années après, il a juste enregistré un témoignage pour ses petits-enfants..Lui, il était policier à Dallas, sans consignes particulières raconte-t-il d’ailleurs, et il a retrouvé l’arme qui a tué Kennedy au 6ème étage de ce dépôt de livre, où Oswald travaillait, où il savait qu’il pourrait tirer sur le cortège présidentiel.Eugne Boone donc a participé à l’enquête, il a aussi vu Oswald se faire tuer dans le commissariat de Dallas..mais, très vite, il a décidé de changer de vie.."Ce jour là a bouleversé ma vie" conclut l’ancien shériff Boone…

Le docteur Jones, lui, est resté à l’hopital Parkland de Dallas..A 80 ans, il y travaille toujours..le jeune interne est devenu un mandarin..La docteur Jones n’a pas pu sauver Kennedy, il n’a pas sauvé Oswald non plus 2 jours plus tard…Avec la rationalité implacable du médecin qui n’a oublié aucune de ces actions, il explique qu’il a accompli à peu près les mêmes gestes avec le président qu’avec son assassin mais que les blessures étaient irrémédiables..

Pour aller + loin

> JFK, ombres et lumièresL'historien Thomas Snégaroff revient sur les ombres du parcours du 35e président des Etats-Unis. En images et en sons dans un carnet sonore. > Les images de l'assassinat de John F. Kennedy ou la création d'un mythePour Jean-Baptiste Thoret, ce film de 26 secondes va être le plus analysé, le plus commenté et le plus repris de l'histoire du cinéma américain> L'assassinat de JFK : un événement entre glamour et désastreEntre 1963 et 1968, Andy Warhol réalise une série de sérigraphies, "Flash", autour de l'assassinat de JFK. On y voit les portraits de Jacky et John Fitzgerald Kennedy, ou encore d’autres éléments du drame, publiés dans les journaux.Pour l'écrivain argentin Alan Pauls, cet événement combine glamour et désastre

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.