L'état industriel du sud de l'Allemagne ne compte que 3,4% de chômeurs. Un record outre-Rhin.

Depuis 2015, devant la diminution du nombre de demandeurs d'emploi, l'équivalent allemand de Pôle emploi réduit ses effectifs.
Depuis 2015, devant la diminution du nombre de demandeurs d'emploi, l'équivalent allemand de Pôle emploi réduit ses effectifs. © Bundesagentur für Arbeit

Dans les élections fédérales allemandes, Angela Merkel semble indétrônable. Sa promesse est « le plein emploi en 2025 ». A Eischtatt en Bavière, une commune de 13 000 habitants, proche des usines Audi, le plein emploi est déjà là, le taux de chômage se fixe à 1,6%. C’est le plus faible d’Allemagne.

Eischtatt, est une petite bourgade aux maisons colorées, au cœur de la forêt.

Thomas Hirsch, 28 ans est patron d'une start up qui produit des pièces pour l’industrie automobile.

Ici c'est le plein emploi, l'économie est portée par l'industrie automobile (...) Je suis d'une génération qui ne connait pas le chômage

Eichstatt en Bavière
Eichstatt en Bavière © Radio France / Julie Pietri

Eischstatt est une ville opulente mais il existe tout de même des pauves.

Johanna Schneider et Rose-Marie travaillent dans un magasin qui distribue gratuitement des vêtements :

Ce sont surtout des demandeurs d'asile ou des mères célibataires allemandes qui ne gagnent pas assez leur vie qui viennent ici. Les Allemands pauvres n'osent pas venir, ils ne veulent pas être pointés du doigt

Eischstatt est une ville construite sur une terre catholique et conservatrice, tout comme la CSU, le parti au pouvoir dans la région depuis 60 ans, qui avance tranquillement vers sa réélection sous la bannière : sécurité, stabilité, ordre.

Affiches de campagne à Eichstatt en Bavière
Affiches de campagne à Eichstatt en Bavière © Radio France / Julie Pietri
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.