Bondy
Bondy ©

France Inter poursuit sa série consacrée aux problématiques des quartiers populaires 10 ans après le drame de Clichy-sous-Bois et les révoltes qui avaient secoué les banlieues un peu partout en France. Quelles évolutions en une décennie sur le front de l'emploi des jeunes ? Quelle efficacité pour les différents dispositifs lancés par les gouvernements successifs ? Claire Chaudière nous emmène dans une mission locale du 93, la mission locale de Bondy.

C’est le « petit poucet » des missions locales de Seine-Saint-Denis, mais un des établissements les plus dynamiques et innovants de ce département d’Ile-de-France. La mission locale de Bondy accueille chaque année 2.000 jeunes de 16 à 25 ans en recherche d’emploi et parfois en grande difficulté dans une commune où 50% du territoire est classé zone prioritaire. 60% de ces jeunes en ressortent avec une formation ou un emploi.

En une décennie les outils mis à la disposition de l’Etat se sont perfectionnés, même si les moyens ont parfois baissé, constate la direction de la mission locale. Les équipes sont mieux équipées pour proposer des solutions sur mesure aux différents profils de jeunes qui les sollicitent, mais doivent faire face à une désillusion et une amertume toujours plus importante de la part de leur public.

Pascal, jeune de Bondy
Pascal, jeune de Bondy © Radio France / Claire chaudiere

►►► LE TELEPHONE SONNE | Dix ans après les émeutes de 2005 : les relations entre les jeunes et la police se sont-elles apaisées ?►►► UN JOUR EN FRANCE | Dix ans après, Clichy-sous-Bois : qu'est-ce qui a changé ?

►►► INTERCEPTION | 2005 - 2015, Argenteuil : que sont devenus les enfants de la dalle ?

►►► AGORA | Dix ans après Clichy-sous-Bois, comment faire la ville autrement ?

Les liens

Les Enfants de la dalle : Argenteuil, 2005 - 2015 LONGFORM - 25 octobre au soir, Nicolas Sarkozy lance la petite phrase, devenue célèbre  : "On va vous débarrasser de la racaille". Dix ans plus tard, qu’est-ce qui a changé ? Que sont devenus les enfants de la dalle ?

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.