Nous sommes en Occitanie, entre Rodez et Figeac, une région enclavée et, pourtant, où l'activité industrielle prospère avec un taux de chômage sous les 6,5%. La "Mécanic Vallée" affiche des offres d'emploi dans l'aéronautique, le bâtiment, l'automobile. Alors : miracle économique ou mirage ?

L'avenir de Bosch, à Onet-le-Château près de Rodez et de ses 1 600 salariés est en question
L'avenir de Bosch, à Onet-le-Château près de Rodez et de ses 1 600 salariés est en question © Radio France / Faustine Calmel

Nous sommes chez STS à Decazeville, ancienne cité minière du nord de l'Aveyron. Un peu moins de 6 000 habitants, et 170 salariés sur ce site qui produit et répare des éléments d'hélices. Se diversifier pour rester dynamique, c'est la première clé du succès. STS se tourne vers le nautisme, le paramédical, l’agroalimentaire avec sa machine… à aligot. 

Deuxième clé du succès : s'appuyer sur le réseau. Mais innover, cela nécessite de recruter. STS recherche en ce moment cinq collaborateurs. La "Mecanic Vallée" qui regroupe les entreprises de la zone affiche 450 postes à pourvoir.

Direction Cambes, sur les hauteurs de Figeac dans le Lot. C’est là que sort de terre le Centre de formation de l’Industrie. En septembre prochain, il accueillera 40 apprentis en bac pro pour répondre à la demande des entreprises locales. Former des jeunes sur place, c’est une des solutions. Il faut aussi faire venir des salariés d'autres régions, malgré la difficulté à trouver un emploi au conjoint, le manque de services, l'enclavement. 

L'autre ombre qui plane sur le dynamisme de la Mécanic Vallée, c'est l'avenir de celle que l'on appelle ici la Bosch, à Onet-le-Château près de Rodez. L'usine produit des injecteurs et des bougies pour les moteurs diesel. Elle emploie 1 600 salariés. Avec la baisse des ventes de véhicules diesel, il a fallu signer un plan de transition. La direction locale de Bosch a trouvé un premier débouché toujours dans l'automobile, produire des barres de torsion. Mais son directeur, doit chercher plus loin... Il faut fournir du travail à 350 salariés pour conserver l'emploi à Rodez. Yannick Anglarès, délégué CGT, demande au groupe de ne pas oublier l'Aveyron. Bosch va investir 14 millions pour moderniser une des deux lignes d'injecteurs. La Mecanic Vallée, classée "territoire d'industrie", espère récupérer ainsi plus de financements de l'État. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.