Conseil régional NPDCP
Conseil régional NPDCP © MaxPPP / Fred Haslin

Bilan de la méthode Bertrand, après deux mois à la tête de la région Nord Pas de Calais Picardie. Après sa victoire contre le FN, avec les voix de la gauche, Xavier Bertrand veut "faire de la politique autrement"…mais avec quels résultats sur le terrain ? Aurélien Colly a fait le bilan.

Il y a peu, dans une antenne du conseil régional, Xavier Bertrand assistait à un entretien avec Christophe, jeune chômeur, qui a appelé Proch’Emploi, le nouveau dispositif mis en place par le nouveau président de région, pour que la demande locale rencontre mieux l’offre locale d’emploi. Xavier Bertrand pose des questions, prend des notes et résume sa méthode : agir plutôt qu’attendre.

Des sceptiques

Si cela plaît aux chômeurs rencontrés sur place, c’est sur le résultat que certains restent sceptiques. 4000 appels à Proch’emploi en deux mois, mais seulement 200 offres. Et des entretiens menés par des agents du Conseil régional… au lieu de Pôle Emploi, qui traite 5000 appels par jours dans le nord et gère 2 millions d’entretiens par an .

Jean Luc Brenne, délégué syndical à Pôle Emploi, reste dubitatif, face à cette nouvelle strate administrative rajoutée par le président de région, un geste qui a heurté les agents de Pôle Emploi :

Est-ce que c’est souhaitable, est ce que ça veut dire que les autres ne font pas leur job ? (…) Ce n’est pas un nouveau conseiller supplémentaire ou un nouveau rouage administratif qui va donner du travail, il faut des entreprises (Jean Luc Brenne, délégué syndical à Pôle Emploi)

Le FN en embuscade

Pourtant les entreprises quittent toujours la région Nord-Pas de Calais-Picardie. Ce fut d’ailleurs le baptême du feu de Xavier Bertrand en tant que président de région : un plan social sur deux sites du groupe Pentair, 150 emplois en jeu malgré une rentabilité à deux chiffres. Xavier Bertrand est allé voir les salariés sur place. Il est allé en Suisse arracher à la direction américaine une fermeture en 2017, au lieu de 2016.

Quand il est arrivé, Xavier Bertrand nous a dit "j’ai pas de promesses à vous faire, mais je ferais le maximum pour sauver des emplois". Moi ce qui m’inquiète, c’est ce front national qui se sert de ça : entre les gens qui vont plus voter, et les déçus qui vont voter Front National ( Gilles Dessaint est délégué CGT, de Pentair)

Marine Le Pen reste quand même en embuscade, comme à Calais, où la crise des migrants a alimenté le vote FN. Alors Xavier Bertrand y était toute la semaine dernière, sur le terrain là encore, à la rencontre des commerçants, transporteurs, policiers, habitants, associations…Soutien à Natacha Bouchard, maire de Calais et conseillère régionale, sur le démantèlement de la « jungle ». Et annonce de mesures: financement d’une extension de la vidéosurveillance à Calais, demande de fonds européens pour des parkings sécurisés pour les routiers ou fonds d’aide aux commerçants… Pour le Front National, seule force d’opposition au Conseil régional, il ne s’agit que de pure communication.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.