Ces élections régionales ont été marquées par une très forte abstention. Plus de 53% au premier tour ; près de 49% au second. Avec un taux record dans les villes populaires notamment en banlieue parisienne. La Seine-Saint-Denis est l'un des départements les plus touchés par l'abstentionnisme. A Saint-Denis, la cité des Cosmonautes est un ensemble d'immeubles isolés du reste de la ville. Pour rejoindre le centre, les habitants doivent prendre le tramway ou leur voiture s'ils en ont une. La place Youri Gagarine et ses quelques commerces forment le coeur de la cité. C'est ici devant le bureau de tabac que se réunissent les jeunes du quartier. Depuis la présidentielle de 2007, ils ont presque tous leur carte d'électeur. Pourtant, la plupart d'entre eux n'ont pas voté pour les régionales. Un mélange d'indifférence et de défiance à l'égard des politiques (interview). Ce sentiment d'abandon et de rejet, on le retrouve aussi dans les villes voisines, durement touchées par le chômage et la pauvreté. A Bobigny, le revenu moyen dépasse à peine les 11 000 euros par an. Rachid Maalem habite le quartier Paul Eluard où l'abstention a atteint 75% au premier tour des régionales. Rachid a créé une association pour former les jeunes à la citoyenneté. Une tâche difficile, car aujourd'hui, les politiques ont quasiment déserté les quartiers populaires. Il y a moins de dialogue et de proximité avec les habitants (interview). L'abstention dans les milieux populaires n'est pas une nouveauté, mais le phénomène s'est renforcé avec la crise. Les conditions de vie et de travail se sont dégradées notamment pour ceux qui sont en bas de l'échelle sociale, ceux qui ne croient plus dans la capacité des politiques à améliorer le quotidien. Mais l'abstention est une tendance de fond qui s'est installée au cours de la dernière décennie dans les banlieues. Céline Braconnier est maître de conférence en sciences politiques à l'université de Cergy-Pontoise (interview). _____Un reportage de Yann Gallic.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.