UnZoom de la Rédaction exceptionnel ce mercredi..A 7h15, nous parlerons de la situation lybienne - Vanessa Decoureaux (envoyée spéciale pour France Inter) fera un point en direct de Tripoli des évènements de la nuit et de la traque du Colonel Kadhafi.

  • Bruno Tertrais (Maitre de recherche à la fondation pour la recherche stratégique) sera en direct au téléphone, pour faire une analyse de la prise rapide de Tripoli ; un point de vue d'un spécialiste militaire.

.A 7h25 : Laeticia Saavedra nous fera part des réactions sur l'affaire DSK

" L'affaire-DSK: ce que ça a changé dans les relations hommes-femmes "

C'est la fin du volet pénal de l'affaire DSK aux Etats Unis avec l'abandon des poursuites pour crime sexuel hier à New York.

On ne commentera pas le fond de l'affaire. Ce qui nous intéresse, c'est de savoir ce que cette affaire a pu changer dans les relations hommes-femmes. Un bilan provisoire évidemment.

Y aura -t-il "un avant et un après" avec cette affaire DSK" ?

Disons que cette affaire a été un double révélateur de la société française.

Révélateur d'une part du machisme ambiant. On se souvient des dérapages sexistes de Jack Lang avec son "Il n'y a pas mort d'homme" ou encore Jean-François Kahn parlant de "troussage de domestique".

Révélateur aussi de la souffrance en silence d'un certain nombre de femmes victimes de viol, 75.000 chaque année. Dans les jours qui ont suivi le déclenchement du scandale, le numéro gratuit SOS Viols a enregistré 30% d’appels en plus. Visiblement donc cette affaire DSK a libéré la parole des femmes. Pour preuve encore, l'affaire George TRON où deux victimes présumées, encouragées par ce qui se passait aux Etats-Unis, ont décidé de porter plainte.

Oui, on peut donc parler de prise de conscience avec l'affaire DSK.

Mais pour autant hier, après la décision de la justice américaine, beaucoup étaient sceptiques aux terrasses de café :

Voilà pour la vox populi qu’on vient d’entendre. Qu'en pensent les féministes?

Que cette affaire discrédite la parole des victimes et que ça les encourage à se taire. Mais au-delà, Clémentine Autain , l'ex-adjointe du maire de Paris, qui a été elle-même victime d'un viol, veut croire aux vertus du débat actuel :

Catherine Lemagueresse , juriste et ancienne présidente de l'AVFT, l'association européenne contre les violences faites au femmes au travail, espère que l'affaire DSK va inciter les politiques à moderniser le droit français sur la question des violences sexuelles.

Reste à savoir maintenant si cette affaire DSK va aussi amener les puissants à réfléchir au comportement qu'ils peuvent avoir vis à vis des autres.

Les liens

SOS Viols Femmes Informations numéro gratuit             0 800 05 95 95

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.