Un reportage signé Vanessa Descouraux L'affaire Florence Cassez a pris ces derniers jours une tournure plus proche de l'affaire d'état que de l'affaire judiciaire. Mais la lourde condamnation dont a écopé la jeune femme (60 ans) ne doit pas faire oublier que d'autres Français sont également en prison loin des leurs. La plupart de ces affaires ne font pas grand bruit, souvent par choix des avocats impliqués qui préfèrent la discrétion pour ne pas vexer les autorités des pays concernés. Il y a 2300 Français détenus dans le monde selon le Quai d'Orsay. On se souvient de Mickaël Blanc, ce jeune homme arrêté à Bali avec du haschisch dans des bouteilles de plongée. Il a toujours nié être impliqué, mais cela fait 12 ans maintenant qu'il est incarcéré en Indonésie. Cette affaire avait un temps ému, avant de tomber dans l'oubli. Le silence aussi, quasi général autour du Franco-Palestinien, Salah Hamouri, condamné à 7 ans de prison en Israël, accusé d'avoir préparé un attentat contre un rabbin, ce qu'il continue de nier. Cela dit, la moitié des condamnations de ressortissants français dans le monde concerne des affaires de drogue. - Et très souvent, ces affaires ne font pas la Une de l'actualité, loin de là. C'est le cas de Sabbah Ezzedi : 370 grammes de cocaïne dans sa valise, en Turquie. Sabbah a 43 ans et 3 enfants. Condamnée à 12 ans de prison, cela fait 3 ans et demi qu'elle clame son innocence, victime, dit-elle, d'un piège qu'on lui aurait tendu. Bouchra est l'une des soeurs de Sabbah. Le jour où nous l'avons rencontré, la famille a reçu l'un des rares coups de fil de Sabbah. Ce jour-là, nous raconte Bouchra, sa grande soeur n'a rien pu dire au téléphone, seulement pleurer de désespoir. Interview de Bouchra Pendant longtemps, les proches de Sabbah ont décidé de ne pas ou très peu parler. La discrétion, la diplomatie, plutôt que la communication. Mais les années passent et toujours rien. Corinne Semon est la présidente du comité de soutien. Interview de Corinne Semon - Quel est le rôle des autorités françaises dans ces cas-là ? La France apporte la protection consulaire. Cela veut dire que le Consulat va visiter le prisonnier une fois par mois, vérifie les conditions de détention, mais la France n'apporte pas d'aide juridique, ne prend jamais en charge les frais de défense, contrairement à ce qui se passe dans d'autres pays. Richard Sédillot défend plusieurs Français détenus dans le monde, dont 2 condamnés à mort. Interview de Richard Sédillot Le client dont parle Maître Sédillot est Serge Atlaoui, condamné à mort en Indonésie dans une affaire de drogue. Il y a 9 Français dans cette situation dans le monde, dont un aux Etats-Unis. Même s'il paraît cynique de parler d'argent dans ces affaires aussi dramatiques, c'est pourtant essentiel, car de cela dépend la qualité de la défense du condamné assure Richard Sédillot, qui n'a pas pu aller rendre visite à son client depuis un an et demi. Interview de Maître Richard Sédillot En Indonésie, Serge Atlaoui espère voir sa peine révisée. Il va déposer, bientôt, son ultime recours devant la Cour suprême.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.