Supporters de foot
Supporters de foot © Fotolia

L'Assemblée nationale a adopté le 4 février la proposition de loi du député les Républicains Guillaume Larrivé sur la lutte contre le hooliganisme et le dialogue avec les supporters. Le texte sera examiné au Sénat courant avril, mais avant même son adoption définitive, il fait bondir les supporters de foot.

Si ce texte est adopté, les clubs pourront refuser de vendre des billets à certains de leurs spectateurs qui ne respectent pas le règlement. Pour ce faire ils pourront ficher leurs propres supporters.

Dit comme ça, ça ne choque pas forcément. Sauf que le diable se niche entre les lignes, et c'est bien ce qui fait tousser l'Association Nationale des Supporters, l'ANS, qui fédère une quarantaine de groupes de supporters partout en France...

Pour bien comprendre : aujourd'hui, il y a les tribunaux qui condamnent les supporters violents, et les préfets qui peuvent délivrer des interdictions administratives de stade.

Là, l'idée est de rajouter un niveau supplémentaire. Les clubs pourront faire leur propre police et écarter les supporters qui "portent atteinte au bon déroulement ou à la sécurité des matchs" .

C'est flou, bien trop flou d'après Pierre Barthélémy , l'avocat de l'ANS.

Une banderole, par exemple, qui serait jugée provocante par les supporters adverses, pourrait être considérée comme une atteinte à la sécurité...On donne des pouvoirs un peu démesurés à un club sans aucun contrôle

0'26

7h15 Le Blues des supporters SON 1

En fait, la proposition de loi Larrivé légalisera ce qui se passe déjà au PSG .

Le club parisien utilise, ou plutôt utilisait un fichier de supporters, le fichier STADE , censuré partiellement par le Conseil d'État en septembre dernier au motif qu'il portait gravement atteinte à la vie privée .

Aujourd'hui, Le PSG continue d'écarter ses fans indésirables qui ne sont pas tous des hooligans, loin de là.

James a 40 ans. Libraire de profession, il est persona non grata au Parc des Princes .

C'est de la discrimination, et aujourd'hui on essaie de légaliser cette nouvelle forme de discrimination

0'32

7h15 Le Blues des supporters SON 2

Même inquiétude à Nice, chez les Ultras de la Populaire Sud .

"Si on dérape, qu'on nous condamne" dit le président du groupe Fred Braquet , mais...

c'est la justice et pas l'arbitraire qui doit prévaloir

2'20

7h15 Le Blues des supporters SON 3 + AMB

Les atmosphères survoltées comme celle-ci au stadeBollaert à Lens , c'est de l'histoire ancienne, craint Pierre Bouchendomme . Avec son groupe "Red Tigers " il est un fervent supporter du Racing club de Lens.

Pour lui, si on écarte les supporters bruyants, on se retrouvera avec des stades sans ambiance.

On va arriver à des stades aseptisés, avec des publics qui vont être spectateurs plutôt que supporters

0'23

7h15 Le Blues des supporters SON 4

Mais les clubs pourront-ils vraiment interdire de stade qui bon leur semble ? Non, promet le rapporteur du texte, Guillaume Larrivé. Tout sera encadré dit-il.

La fête oui, la baston non ! et nous avons veillé à ce que la CNIL rende chaque année des observations publiques sur l'application par les clubs de ce système

0'24

7h15 Le Blues des supporters SON 5

Apercue dans les tribunes de Geoffroy Guichard, cette banderole géante "c'est Larrivé de la dictature" , un jeu de mot évidemment exagéré mais qui en dit long sur le blues des supporters...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.