C'est l'histoire extraordinaire d'un tableau extraordinaire. Une toile de maître, mais quel maître ? Retrouvé dans un grenier de Toulouse il y a cinq ans, "Judith et Holopherne" passionne le milieu de l'art : les experts débattent sur son attribution au Caravage. Le tableau est vendu aux enchères à Toulouse le 27 juin.

Judith et Holopherne attribué au Caravage est accroché à Drouot à Paris
Judith et Holopherne attribué au Caravage est accroché à Drouot à Paris © Radio France / Mathilde Dehimi

C'est une scène connue des amateurs d'art, un extrait de l'Ancien Testament sur le sacrifice et le courage. Judith attire le général assyrien Holopherne puis lui tranche la gorge en deux coups pour sauver la ville de son joug. Le Caravage avait déjà peint une première version de Judith et Holopherne, exposée à Rome. Mais il existe un deuxième tableau, très différent du premier, connu du temps du Caravage et qui disparut quelques années après la mort brutale du maître italien. 

Ce tableau a été redécouvert en 2014 dans la maison de famille d'un particulier toulousain. Ce dernier demande alors l'aide du commissaire-priseur Marc Labarbe pour dégager son grenier. Le tableau est trouvé sans cadre, entre deux sommiers, recouvert d'une couche de crasse et d'un voile blanc par endroit laissé par une fuite d'eau. Nul ne sait expliquer dans la famille la présence de ce tableau au grenier. On parle d’un possible achat en Espagne par un aïeul, soldat napoléonien.

Des experts convaincus...

Marqué par l'intensité du regard de la servante qui accompagne Judith, Marc Labarbe pressent qu'il a sous les yeux un chef d'œuvre et fait expertiser la toile par le cabinet d'Eric Turquin. Cinq plus tard, ces experts sont persuadés que le tableau a bien été peint par le Caravage mais le milieu de l'art continue de débattre.

Les experts du cabinet Turquin mettent en avant des preuves historiques, scientifiques et artistiques. Ils ont retrouvé dans les textes contemporains du Caravage, des écrits sur ce tableau, notamment de marchands d'art intéressés par la toile. Sa trace se perd de la fin du XVIIe siècle au grenier de Toulouse. 

Les tests en laboratoire, études des pigments, radios et infrarouges, ont permis d'établir que la toile utilisée, la structure, le tissage et l'enduit sont communs aux œuvres du maître italien. Les experts du cabinet Turquin relèvent aussi que le tableau comporte beaucoup de reprises, ce qui exclue une simple copie.

... et d'autres plus réservés

Mais d'autres experts, comme Hubert Duchemin qui a travaillé dix ans au cabinet Turquin avant d'ouvrir sa galerie, sont plus réservés. Hubert Duchemin relève que, selon lui, il manque beaucoup de douceur au tableau. Cette version de Judith et Holopherne est plus froide, plus violente que le style habituel du Caravage,avance-t-il. 

Il est possible que ce tableau soit du maître italien, estime-t-il, mais dans ce cas assez éloigné des productions déjà connues. Hubert Duchemin penche comme d'autres experts pour un chef d'œuvre peint par un proche du Caravage, le Flamand Louis Finson, qui a souvent copié le maître italien. 

Cette incertitude influencera-t-elle les enchères ? À Toulouse, le commissaire-priseur Marc Labarbe lancera la vente à 30 millions d'euros, mais le tableau pourrait monter jusqu'à 120 millions d'euros.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.