Tous les regards sont tournés vers les présidents américain et iranien à l'occasion de la 74e Assemblée générale des Nations-Unies qui se tient ce mardi à New-York. Mais, entre les deux, la France joue aussi sa partition diplomatique, avec un programme de rencontres chargé pour le président Emmanuel Macron.

La cellule diplomatique de l’Élysée : le sherpa Emmanuel Bonne et son adjointe Alice Rufo
La cellule diplomatique de l’Élysée : le sherpa Emmanuel Bonne et son adjointe Alice Rufo © Radio France / Cyril Graziani

Une Assemblée générale des Nations Unies, ça se prépare pendant des mois et ça se finalise même très souvent à 10 000 mètres d’altitude. L’agenda du président français est calé à la minute près. Autour de la table ovale, Emmanuel Macron en tenue décontractée, sweat à capuche bleu siglé French Tech fait le point avec ses équipes diplomatique, son chef d’Etat major, sa communicante Nathalie Baudon. Rien n’est laissé au hasard surtout quand il s’agit des rendez-vous avec le présidents iraniens et américains. 

L’événement de cette première journée : la rencontre avec Hassan Rohani, le président iranien. "Le créneau, on le garde là. On verra comment on ajuste en fonction des décisions des prochaines heures. Trump, c’est le mardi ? On pourrait essayer de ramener la rencontre au lundi ?". Emmanuel Bonne, le conseiller diplomatique à ses côtés, se racle la gorge. "Non, on sait déjà qu’il est occupé tout le lundi après-midi. Derrière, je pense qu’il y a aussi l’angoisse de la maison Blanche qu’on leur refasse le coup de Biarritz", développe le sherpa. 

Mais avant d’attraper Donald Trump, la journée d’hier était surtout consacrée au climat… et notamment à l’initiative française pour l'Amazonie. Dès 8h30, le chef de l’État commence sa journée par un tête à tête prestigieux : une star américaine, Harrison Ford, très engagé pour la défense des forêts tropicales. L’acteur, inoubliable Indiana Jones, explique qu’il y a "besoin de leader et de financements", avant de louer "la vigueur,  la discipline, la sincérité du président français et son cœur. C’est ce dont nous avions besoin".

Rencontre entre le président Emmanuel Macron et l'acteur Harrison Ford, le 23 septembre à New-York
Rencontre entre le président Emmanuel Macron et l'acteur Harrison Ford, le 23 septembre à New-York © Radio France / Cyril Graziani

Pas une minute à perdre. Au pas de charge. Emmanuel Macron rejoint la grande salle pour la session Amazonie : la concrétisation d’une initiative de la France.

Changement de décor, dans le bureau 'France' : un deux-pièces exigu avec vue sur l’East River où Emmanuel Macron enchaîne les rencontres avec ses homologues. En milieu d’après-midi, c’est Boris Johnson et Angela Merkel, avec qui il a notamment évoqué la question iranienne. Les présidents irakiens et libanais défileront ensuite, avec à chaque fois leur cohorte de conseillers en file indienne dans les allées étroites de ces bureaux. Mais Emmanuel Macron, à la manœuvre sur le dossier iranien, a gardé pour la fin la pièce de résistance : Hassan Rohani. Le rendez-vous a été fixé dans l’hôtel des Iraniens, le Millenium, situé en face de l’ONU, au 28e étage. Où la sécurité renforcée est assurée par… les Américains. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.