Depuis le 5 juin 2017, l'Arabie saoudite impose un blocus économique au Qatar qu'il accuse de soutenir des mouvances extrémistes. Face à ces lourdes contraintes économiques, Doha s'est donné comme objectif l'autosuffisance.

Des vaches colorées qui broutent l’herbe d’une improbable oasis. Bienvenue chez Baladna, dans le désert qatari.
Des vaches colorées qui broutent l’herbe d’une improbable oasis. Bienvenue chez Baladna, dans le désert qatari. © Radio France / Valérie Crova

Historiquement, à cause du désert et des chaleurs étouffantes du Qatar, tous les produits étaient importés. Un fonctionnement économique qui change radicalement depuis deux ans à cause du blocus imposé par l'Arabie saoudite. Aujourd'hui, le mot d'ordre est l'autosuffisance. 

Le secteur laitier a par exemple été entièrement réinventé. Jusqu'en 2017, l'Arabie saoudite fournissait 90% des besoins du Qatar en produits laitiers. Aujourd'hui, ce sont dans les trois usines laitières de la ville de Baladna au Qatar qu'une partie de ces besoins sont remplis. Chaque jour, pour assurer la production laitière, les qataris ont rassemblé 18 000 vaches. Pour faire face aux chaleurs, qui peuvent parfois atteindre les 50 degrés, ces vaches - fierté de la nation - sont sans cesse aspergées d'eau et ventilées.

Cette chronique est une rediffusion du 4 juin 2019. Pour écouter ou réécouter le Zoom de la rédaction, cliquez ici.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.