Pédernales est la ville qui a été la plus touchée par le séisme, sur la côte pacifique. Pédernales a été détruite à plus de 60% , à l’image cet hôtel sur la rue principale. Les cinq étages de l’établissement se sont littéralement écrasés.. les uns sur les autres, empilés comme un mille feuille s. De ce tas de gravats soutenus par trois piliers fissurés, pendent toujours des rideaux jaunes et un lavabo rose.

Une semaine après la secousse, entre dégoût et abattement, Luis le patron de l’hôtel, revient pour la première fois.. et en voyant les ruines, il a du mal à trouver les mots :

Je ne sais quoi dire, que faire, à qui demander de l'aide. On récupère quelques débrits, quelques vêtements que j'avais. Heureusement il n'y a pas eu de morts ici, les clients n'étaient pas là. Mais moi j'ai perdu six membres de ma famille.

Et pendant que Luis pleure en se frappant le cœur avec la main droite. Luis Enrique? son fils de 22 ans nous explique qu’il aurait pu être le 7eme mort de la famille. Au moment du séisme, il était au 5eme étage, sur la terrasse de l’hôtel avec son enfant qu’il a perdu de vue le temps de ces 60 secondes d’horreur..

J'ai retrouvé mon enfait d'un an mais on a eu du mal à le sortir des gravats

Un peu plus loin, à 2 kilomètres de la rue principale, après avoir slalomé en voiture entre les pierres et les tiges en métal qui dépassent des gravats, sur le bord de la route, nous apercevons Kelbin et ses 4 enfants. Sa maison s’est écroulée mais comme la majorité des habitants, il a décidé de rester chez lui. Il dort dehors sous une tolle, la tête sur les gravats

On attend l'aide de l'État parce que la pluie va arriver donc on essaie de survivre, il y a un camp où le gouvernement a mis une immense tente mais il y a trop de monde, j'ai peur que mes enfants attrapent des maladies là-bas. Du coup on dort tous là et quand il y a des répliques, on sort et on se met dans la rue, là en bas.

Et des répliques, il yen a ici quotidiennement, plusieurs centaines depuis une semaine.

Des répliques qui ne gênent pas les secours mais bien sûr quand le sol se met à trembler, les secouristes se figent le temps de quelques secondes. Mais malgré des conditions d’accès difficiles, les secours continuent à arriver. Jour et nuit, des centaines de policiers patrouillent à pied, pour sécuriser les lieux. Et puis, dans la ville ésonne constamment de ces bruits de pelleteuses. Sandro coordonne les recherches.

Il faut qu'on essaie de fouiller les décombres et de laver la ville

En tout 165 personnes sont mortes ici dans les rues de Pédernales, plus de 3500 ont été blessées.

Plusieurs dizaines de personnes à travers le pays sont toujours portées disparues. Et 9 ici à Pédernales, leur famille se donne rendez-vous sur la pelouse du stade municipal. Un stade qui a d’abord servi de morgue il ya une semaine et qui s’est depuis transformé en centre de crise.

C’est là, 24h sur 24 que les proches des disparues viennent chercher de l’aide, auprès des policiers spécialisés. Ce soir là, le colonel Guino Falcon reçoit Carlos venu avec un ami.

On est venu de Quito pour savoir si mon frère est vivant, je n'ai plus de ses nouvelles depuis le séisme

Et les spécialistes estiment qu’il faudra plusieurs années et plusieurs milliards de dollars pour reconstruire. Le président équatorien qui est venu ici à Pédernales a annoncé une hausse de deux points de la TVA pendant un an.. pour financer l’après séisme.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.