Trois semaines après la publication du livre-polémique de Pierre Péan, « Le monde selon K. », retour ce matin sur le travail de consultant effectué au Gabon et au Congo-Brazzaville par l’actuel ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner. Aucun de ces fameux rapports sur le système de santé n’ont jusqu’ici été rendus public, officiellement, à cause d’une clause de « confidentialité ». Jusqu’ici, seul le site internet Bakchich a révélé, le 15 février dernier, deux notes de synthèses plutôt sommaires sur la mise en place d’une caisse d’assurance maladie, deux courriers adressés par Bernard Kouchner à Omar Bongo, le président gabonais. Impossible donc de consulter ces travaux, y compris pour les Gabonais, dont certains commençent sérieusement à s’agacer, comme l’un des représentants de la société civile, président de l’ONG « Brain forest », Marc-Ona Essangui (interview). Officiellement, la société IMEDA pour laquelle a travaillé Bernard Kouchner parle d’un contrat d’un million 300 mille euros au Gabon et d’un million 200 mille euros au Congo-Brazzaville, avec 800 000 euros effectivement versés. Bernard Kouchner a expliqué à plusieurs reprises que son travail avait permis d’améliorer la situation sur place. Ce n’est pas vraiment l’avis du docteur Sylvie Nkogue-Mbot, secrétaire général du syndicat Hippocrate (interview). Il faut dire que depuis janvier dernier, la plupart des hôpitaux gabonais sont en grève, justement pour protester contre le manque de moyens. Bernard Kouchner explique également avoir été à l’origine de la loi gabonaise de janvier 2007 sur l’assurance-maladie. Scepticisme du député gabonais, Jean Valentin Leyama (interview). Concernant les rapports effectués pour le compte du Congo-Brazzaville, deux contrats ont été conclus par IMEDA. D’abord, la réhabilitation du CHU de Brazzaville, rapport qui doit normalement être remis le mois prochain. Et puis, un projet de réforme de l’assurance-maladie, un document de 49 pages consultable dans son intégralité sur le site internet de France-Inter (cf. la page spéciale), un rapport daté de juillet 2007, avec seulement 14 jours de travail sur le terrain. Si la situation déplorable du système de santé congolais n’est pas masquée, ce rapport rend hommage, à plusieurs reprises, à la politique de santé publique du régime de Denis Sassou-Nguesso. Colère de l’opposant politique congolais, Patrick-Eric Mampouya (interview). Même constat pour le chercheur en immunologie, lui aussi opposant politique congolais, Arsène Bikoué (interview). Isabelle Stroebel, l’une des auteurs de ce « rapport d’étape », avait également travaillé avec Bernard Kouchner sur l’audit du système de santé gabonais. Elle assume pleinement son travail (interview). Cette affaire aura-t-elle des conséquences politiques ? Lors de son intervention télévisée, le 5 février dernier, Nicolas Sarkozy a soutenu publiquement son ministre. Mais pour l’opposant gabonais Bruno Ben Moubamba, sa situation est devenue intenable (interview). C’était un reportage de Benoît Collombat.

liens

Page spéciale « Les affaires africaines » de Bernard Kouchner

Dossier complet avec des documents, des photos et des interviews.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.