Travailler de chez soi, un concept qui a de plus en plus à la cote. Près des deux tiers des salariés y sont favorables, mais seuls 16% y ont réellement accès

Le télétravail, un concept qui a de plus en plus à la cote : près des deux tiers des salariés y sont favorables
Le télétravail, un concept qui a de plus en plus à la cote : près des deux tiers des salariés y sont favorables © Maxppp / AltoPress/Frédéric Cirou

Travailler de chez soi sans subir les embouteillages ou les aléas des transports en commun, un concept qui a de plus en plus à la cote. Près des deux tiers des salariés y sont favorables, selon une étude Rantstadt publiée il y a quelques jours, mais seuls 16% y ont réellement accès. Le télétravail concerne surtout les salariés du privé, mais depuis l'hiver dernier, un décret l'encadre aussi dans la fonction publique,

Corine Jegoud, elle est cadre chez Orange au service export. Ses clients sont à Londres, Bruxelles ou Tokyo, son manager à Rennes. D'habitude, elle travaille dans un bureau à Paris, mais aujourd'hui, son lieu de travail est à 15 km de là au bord de foret de Meudon.

Corine Jegoud 
Là on est dans notre jardin, c’est très agréable. C’est aussi un vrai luxe de se dire qu’on peut travailler dans le jardin

L’avantage de ces deux jours à la maison, dit-elle c'est de pouvoir concilier vie privée et vie professionnelle.

Mes enfants adorent que je travaille à la maison. Ma fille aime qu’il y ait une présence quand elle rentre du collège, je suis à côté de l’école pour aller chercher mon fils et tout le temps économisé sur les transports je le met au service de mon entreprise en travaillant plus ou alors pour mon bienêtre et mon confort, ce qui fait que je suis quelqu’un de plus équilibré

Plus équilibrée et plus efficace, selon les experts, le gain de productivité atteint 10 à 15% en télétravail. Encore faut-il être correctement équipé, à la maison. Pas besoin de pièce spéciales, mais Corine ne quitte pas son smartphone, son ordinateur portable. Elle est devenue nomade.

Donc je dézippe mon sac à dos, j’ouvre mon ordinateur. Faire du télétravail nécessite d’être outillée. Ici ou au bureau je dois retrouver la même chose, donc avoir accès à mes applications, à mes fichiers stockés sur le réseau et à l’intranet et l’annuaire. Chez Orange on est tous éligibles au télétravail, c’est une négociation entre le manager et le collaborateur

Chez Orange, le télétravail est possible depuis les années 2.000, mais c'est seulement depuis 2013, qu'il est encadré par un accord d'entreprise. Comme plus de 6.000 salariés, Corinne a donc signé un avenant à son contrat, pour deux jours par semaine, pas plus, car l'ambiance du bureau lui manquerait. Autour de la machine à café, ses collègues, qui ne télétravaillent pas, sentent la différence.

Quand on est moins nombreux sur le plateau ça réduit les nuisances.

L'engouement est-il le même coté managers ?

Coté cadres, le principal défi, c'est la confiance. À la Chambre de Commerce d'Île de France, le télétravail est tout juste en train de se mettre en place. Un tiers des 3.000 salariés le réclame, les managers eux ont plus de mal à suivre. Faiza Mohammedi dirige le service de la paye. C'est l'une des rares, une fois levée ses inquiétudes sur la confidentialité, a n'y voire que des avantages.

Faiza Mohammedi 
Je leur ai donné comme objectif de ne pas détériorer la paye durant le télétravail. Le fait de faire confiance leur donne envie, mais il ne faut pas décevoir, on est responsabilisés et on n’a pas le stress des transports. Ça vaut le coup.

Moins de fatigue, moins de stress. Mais le revers de la médaille pour les syndicats, ce sont les risques psychosociaux, le surmenage, l'isolement social et professionnel. Pourtant la règle est claire : à la maison et au bureau, la charge de travail doit rester la même, rappelle Marie-France Zumofen, chargée du télétravail a la chambre de commerce

L’amplitude horaire n’est pas liée au télétravail, certains font du télétravail gris, c'est-à-dire qu’ils travaillent chez eux avant ou après le bureau. Aujourd’hui il n’y a aucun contrôle. Au moins là, avec le télétravail, on y réfléchit.

En pleine cure d'austérité, ce télétravail c'est aussi un moyen d'attirer des jeunes, et de récompenser des salariés, faute de pouvoir les augmenter, reconnait la consultante Françoise Sire.

L’effort du collaborateur qui ne peut être récompensé par des moyens car dans le public les rémunérations sont contraintes dans leur évolution, donc quand on a un meilleur confort de vie et qu’on peut mieux concilier vie personnelle et vie professionnelle, c’est plus facile.

15% des salariés en France télétravaillent au moins un jour par semaine. C’est moins que la moyenne européenne. Aux Etats-Unis, un quart des salariés font du télétravail;

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.