Il y a 10 jours, 2 jeunes garçons ont été gravement blessés à Gonesse dans le Val d'Oise, alors qu'ils circulaient à mini-motos, sans casque, sous les yeux de leurs parents. Conçu pour les enfants, la mini moto, ce « Pocket bike » ou « dirt bike » est aussi un vrai danger. A Bondy, en Seine-Saint-Denis, on la pratique tous les après midis ou presque - ça se passe dans le quartier Blanqui, juste au pied des HLM, le long d'une école primaire. Et dès qu'il fait beau, voilà ce qu'on peut entendre depuis ses fenêtres (son). Alors évidemment, celui que l'on vient d'entendre a largement dépassé les 8 ans et le CM1. Il a plutôt entre 14 et 18 ans. Sa moto lui arrive aux genoux. Il atteint les 90 km/h en moins de 10 secondes. En roue arrière et sans casque si possible. Le tout à quelques mètres de la sortie d'une école. Sensation forte garantie. Dans cette cité, la mini-moto a même détroné les sport collectifs, devenus ringards, aux yeux de Nabil (interview). Il s'agit d'un vrai phénomène de mode. Il faut dire que les prix des mini motos sont des prix cassés sur internet. On peut en trouver pour une centaine d'euros. Il s'agit d'importations chinoises. De très mauvaise qualité. Même certaines grandes surfaces ont arrêté la commercialisation tellement ces motos étaient dangereuses. Le rédacteur en chef de "Moto Magazine", Alain Corroler, a assisté à un crash test (interview). Et pour conclure le diagnostic, il faut savoir que tout cela est proscrit par la loi. Aucune de ces mini-motos n'est aux normes françaises. Et surtout, il est rigoureusement interdit de rouler avec ces engins sur la voie publique. Ce sont des jouets, non homologués. Le seul endroit où ils peuvent circuler, c'est sur circuit. Bref, on est dans une situation totalement hypocrite, qui exaspère des dizaines de municipalités. En Seine-Saint-Denis, ils sont 18 maires à demander des solutions urgentes au préfet. Ils ont d'ailleurs réunion lundi prochain. Gilbert Roger est le maire de Bondy (interview). Confisquer défintivement les motos, c'est une des solutions qu'on évoque aussi au ministère de l'intérieur. C'est la loi dit-on Place Beauvau, qui va envoyer bientôt une circulaire aux préfets pour rappeler la législation. Ces motos non immatriculées peuvent même être détruites. Sur la Seine-Saint-Denis, 15 mini-motos ont été détruites ces 6 derniers mois et 40 ont été confisquées. C'est un début mais c'est une goutte d'eau à l'échelle d'un département d'1 million et demi de personnes. L'autre solution envisagée c'est de construire de nouveaux circuits en région parisienne. Pour les jeunes motards. C'est ce que propose Eric Thiolliez des Motards en Colère (interview). Un nouveau circuit carole, gratuit et aux portes de Paris. Qu'en disent les jeunes ? Pas sûr que ça les tente. Ou alors il faudrait qu'il soit juste en bas de leur HLM (interview). En attendant, les courses poursuites avec la police continuent. Et surtout, on attend maintenant l'arrivée d'un autre phénomène dans les quartiers, les Quads, ces motos à quatre roues, là aussi bradées sur internet, là aussi Made In China. Un dossier de Sébastien Laugénie.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.