Un reportage signé Emmanuel Leclère, en direct de Deauville, avec Didier Sudre Face à la menace terroriste et aux risques de manifestations, le ministère de l’Intérieur a quadruplé la population de Deauville pour les 48 heures à venir. Un dispositif impressionnant, que nous avons testé. On peut rapidement planter le décor. D’habitude, en cette saison, ce n’est presque que ça (des cris de mouettes). Mais là, il y a des chalutiers bloqués, les mouettes, donc, et cette particularité locale : dès la sortie de l’autoroute A 13 en direction de Deauville et Trouville, premier barrage filtrant, fouille des coffres. Sur les côteaux, des missiles sols-air et dans les airs justement, des hélicoptères en vol stationnaire, avec un drone qu’on ne voit pas. Sur mer, plusieurs navires militaires et sous la mer, au large, on ne sait pas mais on se doute. Dans tous les cas, il faut montrer badge blanc ou jaune. Pierre-Henri Brandet est le porte parole du ministère de l’Intérieur. Interview de Pierre-Henri Brandet Certains de ces badges permettent d’aller d’abord en Z1, autrement dit en zone 1, une zone ultrasensible : celle du Centre international de conférence ; celle des deux grands palaces, avec snippers, démineurs en permamence et sur le sable, la garde montée, des motos enduros et un cordon policier à pied dont la longueur fluctue avec la marée. Il y a aussi quelques immeubles d’habitation en Z1, dont celui de Martine, à deux pas de la plage. Interview de Martine - Les célèbres planches de Deauville, sous très haute surveillance ce midi pour l’arrivée des dirigeants du G8. Avec,notamment, l’arrivée très attendue ici de Barak et Michèle Obama, dans une ville -on le sait- très très américanophile. Cela n’empêche pas les blagues, comme celle de Jean-Paul, à la table d’un restaurant presque désert, en Zone 2, trois rues derrière les grands hôtels. Jean-Paul ne sait pas, comme personne d’ailleurs, où vont dormir les stars du jour. Interview de Jean-Paul - Est-ce que l’on peut s’attendre, au-delà des risques terroristes et de manifestations violentes, à des actions symboliques d’ONG altermondialistes qui n’étaient que faiblement mobilisées le week-end dernier au Havre ? Possible. Mais la nouveauté, c’est que cette année des ONG, une cinquantaine, seront à l’intérieur du G8 -enfin presque. Catherine Gaudard est la chef plaidoyer du CCFD Terre solidaire. Interview de Catherine Gaudard Le Centre des médias est en Zone 2, bien installé, au bord de l’hippodrome. Très chic mais loin, bien loin de la fameuse Zone 1.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.