France Inter revient ce matin sur une affaire hors normes. C'était il y a 27 ans, à Montigny-lès-Metz. Deux petits garçons avaient été tués à coups de pierre. Accusé du double meurtre, Francis Heaulme comparait à partir de lundi devant la cour d'assises de Metz.

Corinne Audouin s’est rendue là où tout a commencé.

C’est derrière ce talus que le drame s'est déroulé, rue Venizelos à Montigny-lès-Metz.
C’est derrière ce talus que le drame s'est déroulé, rue Venizelos à Montigny-lès-Metz. © MaxPPP/BEP/Le Républicain Lorrain

C'est un quartier tranquille, résidentiel, la rue Vénizelos borde un talus boisé. Là haut, près des voies ferrées à l'abandon, le temps semble s'être arrêté.

France inter, le 29 septembre 1986.

27 ans après, on ne sait toujours pas

On a longtemps cru que le coupable s'appelait Patrick Dils; condamné deux fois, finalement acquitté après révision.

Une révision obtenue grâce à un élément nouveau découvert en 97 : Francis Heaulme, le routard du crime, était sur les lieux. Ce jour là, il est passé à vélo, sous le talus où jouaient Cyril et Alexandre.

Chantal Beining, la mère de Cyril, s'est battue pour que Francis Heaulme soit jugé.

Je veux savoir la vérité pour mon Cyril, quand je vais au cimetière je lui promet de me battre

La grand mère d'Alexandre, elle, ne voulait pas de ce procès. La vérité, Ginette Beckrich pense déjà la détenir, dans un gros dossier jaune, qui renferme les aveux détaillés de Patrick Dils. Sa conviction n'a pas changé.

Ginette Beckrich

Quand on a fait la reconstitution, Heaulme a dit : " je suis un tueur mais les deux gosses ce n'est pas moi"

Rappelons que Patrick Dils a été définitivement acquitté en 2002.

Les élements sur lesquels Francis Heaulme est renvoyé aux assises

Sa présence sur les lieux d'abord, qu'il a reconnue à maintes reprises. Et puis il y a une signature criminelle, que reconnaît Jean-François Abgrall. L'ancien gendarme a dirigé la cellule d'enquête sur Francis Heaulme.

Jean-François Abgrall

"On n'a aucune preuve matérielle"

La concordance est plus que troublante. Mais pour Pierre Gonzalez de Gaspard, l'avocat de Francis Heaulme, cela n'en fait pas un coupable.

Pierre Gonzalez de Gaspard

Cet autre homme, Francis Heaulme dit l'avoir vu descendre ensanglanté du talus, il s'appelle Henri Leclaire. En 86, Leclaire avait, lui aussi, avoué le meurtre des enfants, avant de se rétracter. La justice lui a accordé l'an dernier un non-lieu.

Peu importe pour Francis Heaulme, qui tient là sa stratégie de défense. Ce sera son 10ème procès.

►►►DOSSIER | Affaire de Montigny-les-Metz, qui est qui ?

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | L’affaire de Montigny-les-Metz, le déroulé des faits, dossier complet, avec des vidéos, des archives

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.