Plus de 90 soldats américains tués ce mois-ci en Irak - c’est le nombre le plus élevé depuis octobre 2005. Des dizaines de corps mutilés, retrouvés régulièrement dans la capitale irakienne. Des escadrons de la mort. Un gouvernement incapable de rétablir l’ordre. Dans ce chaos généralisé, les civils irakiens fuient par milliers leurs pays et trouvent refuge pour beaucoup d’entre eux en Syrie. Combien d’Irakiens sont réfugiés en Syrie ? Il n’existe pas de statistiques officielles, mais le nombre d’Irakiens sur le sol syrien est estimé entre 500 et 700 000 personnes. Des réfugiés qui ont quitté leur pays par vagues successives, comme l’explique Jihad Yazigy, responsable du site internet Syria Report (interview). Cet afflux de réfugiés pèse lourdement sur l’économie et la société syrienne. Et en même temps, les autorités n’ont pas bloqué les passages frontaliers. Les Irakiens n’ont pas besoin de visa pour franchir la frontière et peuvent s’installer facilement en Syrie, le flot de réfugiés est ininterrompu, tant la violence pousse les gens à partir, comme Abdel Jawad Mohsen, cet agriculteur de Ramadi, rencontré au « Palmier de Bagdad », un restaurant irakien de la banlieue de Damas (interview). Et dans cette guerre civile, les Chrétiens sont particulièrement vulnérables. Ecoutez le témoignage de ce directeur de Banque, aujourd’hui chômeur en Syrie (interview). Les femmes irakiennes sont, elles aussi, victimes du chaos. Elles sont les grandes perdantes, beaucoup ne travaillent plus. Vu l’insécurité, elles restent enfermées à la maison, elles ont perdu leur liberté de mouvement, bref, elles font les frais de la surenchère religieuse. Samira était comptable à Bagdad (interview). Tous ces exilés irakiens vivent dans une grande misère, pas seulement matérielle. En venant se réfugier en Syrie, ils ont aussi perdu beaucoup de leur dignité. Ils rêvent de reconstruire leur vie ailleurs, mais mis à part le Canada et l’Australie, aucun pays au monde ne veut leur ouvrir la porte. Un dossier de Christian Chesnot et Jean-Marie Porcher, en direct de Damas en Syrie.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.