Affiche Tintin et le secret de la licorne
Affiche Tintin et le secret de la licorne © Radio France

Le lancement, samedi dernier, du film de Steven Spielberg, Tintin et le Secret de La Licorne , n’est pas vraiment passé inaperçu à Bruxelles, ville natale d’Hergé, dont les héritiers font l’objet de vives critiques de la part des Tintinophiles, c’est-à-dire la majeure partie de la population belge…

Depuis la mort d’Hergé en 1983, la totalité des droits de ses œuvres est revenue à sa veuve, Fanny, qui fut l’une de coloristes des studios de son mari. Dix ans après, elle se remarie avec l’Anglais, de dix-sept ans son cadet, qui gérait une boutique Tintin à Londres.

Autoritaire et maladroit, piètre gestionnaire, Nick Rodwell(c’est son nom) entend faire des personnages d’Hergé des produits dérivés de haut de gamme, à la fureur des Tintinophiles de 7 à 77 ans, très attachés ici au côté populaire de leurs héros.

Par les menaces, les procès, l’intimidation (y compris les enquêtes sur la vie privée des journalistes irrespectueux), M. Rodwell tente depuis lors d’interdire tout ce qui n’est pas expressément autorisé par son entreprise, la S.A. MOULINSART.

Zoom réalisé par Quentin Dickinson.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.