C’est la réouverture dimanche du Palazzo Grassi à Venise. Ce palais a été racheté il y a un an par l’homme d’affaires français François Pinault. On se souvient du projet abandonné sur l’île Séguin à Boulogne Billancourt et qui devait abriter la collection d'oeuvres d'art de François Pinault. La quatrième fortune de France joue désormais les mécènes à Venise. Finalement c’est dans ce palais sur les bords du grand canal qu'il dévoile sa collection d’art contemporain. « Where are we going ? » C’est le titre de cette exposition qui ouvre au public ce dimanche dans un prestigieux palais du 18ème siècle avec ses plafonds décorés et les oeuvres contemporaines sont installées dans des pièces ouvertes sur la cour. C'est lumineux, et on voit ce qui se passe d'un étage à l'autre. Pour commencer la visite, suivons le guide, Jean-Jacques Aillagon (l'ancien Ministre de la Culture), qui vient tout juste de quitter TV5 et à qui François Pinault a confié la direction (interview). Un peu d'autodérision du Mécène Pinault pour commencer, mais la suite est beaucoup plus grave et violente. Hitler en petit garçon au piquet, à genou, œuvre de Maurizio Catelan. Plus loin, un ensemble de photos de Cindy Sherman, des scènes sexuelles très crues, ou la vache coupée en tranches et conservée dans le formol de Damien Hirst. Francesca Carlotta, étudiante qui travaille comme hôtesse dans le palais et De Mara Sartore, spécialiste d'art contemporain, ont été agréablement surprises (interview et son de l’oeuvre vidéo de Bruce Nauman « clown torture », qui répète sans fin, « je ne sais pas pour quoi je l'ai fait »). Aujourd'hui François Pinault a laissé à son fils la direction du groupe Pinault Printemps Redoute, mais il est à la tête d'une impressionnante holding financière « Artémis ». Sa collection comporte plus de 2 000 œuvres. Damien Hirst, réputé pour être l'artiste le plus cher du monde. On trouve aussi Buren ou Soulages et beaucoup d'artistes américains. Elle trace l'évolution de l'art de l'après guerre jusqu'à aujourd'hui. Daniel Lelong est galeriste depuis longtemps à Paris et New York (interview). On a donc failli avoir accès à cette collection Pinault à Boulogne Billancourt. François Pinault avait considéré que finalement son projet n’allait pas assez vite. Ce devait être grandiose et en France, avec un bâtiment de verre, avec 15 000 mètres carrés d'exposition. (150 millions d'euros). C’est beaucoup plus modeste et en Italie. 2 500 mètres carré. Autant dire que l’un ne remplace pas l’autre. François Pinault montrera donc d’autres oeuvres ailleurs. Notamment à Lille en 2007. Petit bout par petit bout, comme un puzzle. C'est que nous dit Marc Desportes, responsable des chantiers de François Pinault (interview). François Pinault convoite un autre lieu à Venise pour créer un musée. 1000 mètres carrés en vue, c'est petit, et pour l’instant ça appartient à l’état italien. Un dossier de Christine Siméone.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.