Internet, c'est devenu incontournable en politique. Tous les candidats, du plus grand au plus petit, ont leur site ou leur blog. Mais c'est aussi et surtout devenu un formidable outil d'expression, de contestation, voire de proposition pour le simple citoyen. Vous vous souvenez ? Non ? Le mouton noir ! Celui qui dit non quand le troupeau dit oui. C'était la mascotte des nonistes, ceux qui faisaient campagne en 2005 contre le Traité européen. C'est là que tout a démarré : les partisans du non ont vite compris l'intérêt du net. Ils ont mené leur campagne sur la toile. Et c'est à ce moment-là qu'on a vu apparaitre un certain "Etienne Chouard", un simple prof de lycée à Marseille. Il a décortiqué le projet de Constitution et ses critiques ont fait boule de neige. Depuis, il n'a pas lâché prise. On l'a aperçu il n'y a pas longtemps dans un débat sur "politic show", une télé internet. Etienne Chouard était invité parmi des politiques pour parler d'avenir. S'il participe à des débats sur la toile, c'est pour appeler les volontaires à rédiger la nouvelle Constitution. Une Constitution "citoyenne", sur son site visité par plus d'un million d'internautes. Etienne Chouard a ouvert un wiki, un forum où chacun vient mettre son grain de sel. Car maintenant, les citoyens ne se contentent plus d'écouter les politiques, selon le président de la Fondation de Sciences politiques, René Rémond. Grâce au net, ils font la politique. Les sites et les blogs politiques se multiplient. Sur Agora Vox, tout le monde peut se transformer en "journaliste citoyen". Il suffit de transmettre ses articles, ses photos ou ses vidéos à un comité de rédaction qui filtre tout en restant très "ouvert". Sur "la république des blogs", des bloggeurs politiques se donnent rendez-vous une fois par mois à Paris ou ailleurs pour causer politique. Et puis il y a tous ceux qui s'amusent, qui s'expriment tout simplement. Sur "The Benito report", (on dirait le titre d'un polar), les bloggeurs égratinent tous les politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche. Exemple avec ce détournement du dialogue entre Ségolène Royal et la jeune Nolween. Benoît Campagne, alias Bénito, a créé le site avec son comparse Cyril Franck, surnommé Cicéron, qui nous en dit un peu plus sur leur idée de départ. Qu'ils s'amusent ou qu'ils réécrivent la Constitution, les "citoyens" ont bel et bien investi la blogosphère politique et dans quelques années, ils occuperont carrément le terrain pour de vrai. C'est ce que prédit François Xavier Hussherr, qui a écrit "Le nouveau pouvoir des internautes". Voilà, sur le net, y'a de tout. Le meilleur comme le pire. Ca vaut évidemment pour la blogosphère politique. Un dossier d'Anne-Laure Dagnet.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.