Un reportage signé Nathalie Hernandez Le procès de Jacques Chirac, c'est l'un des évènements judiciaires de cette année 2011. L'ancien Président de la République comparaîtra devant le Tribunal correctionnel de Paris au printemps prochain. Il est soupçonné d'avoir accordé 28 emplois fictifs ou de complaisance alors qu'il était Maire de Paris dans les années 90. C'est une première dans l'histoire de la Vème République : aucun Chef d'état n'avait eu jusque là à s'expliquer devant la justice. Inédit, exceptionne, les qualificatifs ne manquent pas. Non seulement c'est un ancien Président de la République qui est jugé comme un simple citoyen, mais de plus, le Parquet a requis un non-lieu et les parties civiles seront absentes. La Mairie de Paris s'est désistée il y a quelques semaines après un accord à l'amiable. Elle sera remboursée pour le préjudice subi : 2 millions 200 mille euros payés en majorité par l'UMP, le reste par Jacques Chirac. Fondateur du RPR, Maire de Paris, Chef d'Etat pendant 12 ans, le "bulldozer" comme le surnommait Georges Pompidou, n'a pu éviter cet épisode judiciaire. De quoi nourrir l'imaginaire : "Jacques Chirac, le roman d'un procès" est donc né cet été dans le journal Le Monde . Vous avez peut-être lu ce feuilleton signé sous le pseudonyme de Cassiopée, concoté par deux journalistes du quotidien, Françoise Fressoz, chef du service France et Pascale Robert Diard, chroniqueuse judiciaire. Elles ont rêvé cet évenement avec réalisme et humour, une fiction qui dépassera probablement la réalité selon Pascale Robert-Diard. Témoignage de Pascale Robert-Diard Comment Jacques Chirac va aborder en effet ce procès, Jean-François Probst qui a longtemps travaillé avec lui, n'a aucun doute là-dessus, l'animal politique qu'a été "le Grand Jacques" comme il l'appelle, sera là. Témoignage de Jean-François Probst Si l'ancien Président a sans doute une stratégie en tête, quelle sera celle du président du tribunal face à lui ? Une chose est sûre, analyse le chercheur et professeur de droit Denis Salas, les regards seront aussi tournés vers les juges. Témoignage de Denis Salas Rendez-vous le 7 avril pour l'ouverture du procès de celui qui est encore la troisième personnalité politique préferée des Français.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.