Montres et bracelets connectés, stars de Barcelone
Montres et bracelets connectés, stars de Barcelone © Reuters / Albert Gea

C'est le plus grand salon de téléphonie au monde : le Mobile World Congress à Barcelone, où sont réunis depuis le début de la semaine tous les acteurs du secteur. Sauf que cette années, les nouveaux smartphones ont été éclipsés par la smartwatch... Moins d'innovations révolutionnaires, des téléphones qui ont plus ou moins le même design, les mêmes fonctionnalités : il faut l'admettre, le smartphone ne fait plus autant rêver qu'il y a quelques années. Du coup, tous les regards se tournent vers les bracelets et montres connectés. Et les fabircants dégainent donc les uns après les autres.

Sony, LG, Huawei, Qualcom, Motorola, ou encore Samsung. Le Sud-Coréen a mis le paquet en dévoilant en début de semaine trois modèles : un bracelet connecté et deux montres dont la Galaxy Gear 2, qui débarque seulement 6 mois après le premier modèle.

Et si ces montres et/ou bracelets ont encore des usages limités, les ventes pourraient commencer à décoller cette année. On parle de 17 millions d'unités en 2014, 45 millions en 2017. Un bon moyen pour les fabricants de rebondir face à l'essouflement des ventes de smartphones aux Etats-Unis et en Europe.

Le smartphone low cost, nouvel Eldorado ?

C'est un autre relais de croissance pour les constructeurs, et les annonces se sont multipliées cette année. Il faut dire que le potentiel est encore très important dans les pays émergents comme l'Inde, la Chine ou le Brésil... Et si jusqu'ici les smartphones moins chers étaient plutôt construits par des fabricants chinois comme Huawei ou ZTE, certaines entreprises (et particulièrement celles qui ne se portent pas au mieux) se lancent dans le low cost.

C'est le cas d'Alcatel, d'Archos, de Blackberry ou encore de Nokia... Tous ont annoncé des téléphones intelligents à moins de 150 euros. Des téléphones que l'on va voir débarquer également en France, portés par les forfaits sans engagement et donc sans téléphone.

D'ailleurs, le troisième vendeur de smartphones en France en 2013 (derrière Apple et Samsung), c'est Wiko, un fabricant franco-chinois de téléphones low cost.

La sécurité dans tous les esprits

Entre le scandale de la NSA, les vols de données d'application comme SnapChat, ou encore les problèmes de failles de sécurité d'Apple en début de semaine, la sécurité est au coeur des préoccupations des acteurs de la téléphonie. Orange a présenté Secure Mobile, un système de code PIN qui permet d'accéder à ses applications sans rentrer de mot de passe. Autre solution, la biométrie : après Apple et HTC, Samsung a doté son nouveau Galaxy S5 d'un système de reconnaissance digitale pour débloquer son téléphone. Oberthur technologie lance lui le déblocage de son téléphone par la reconnaissance vocale.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.