Rues de Téhéran
Rues de Téhéran © Radio France / Christian Chesnot

Le président iranien Rohani est à Paris ce mercredi et les entreprises françaises espèrent que cette visite officielle sera la clé pour ouvrir la porte de l'eldorado du marché iranien. Un marché de 80 millions de consommateurs... Mais un marché compliqué et très compétitif.

Les Iraniens l'ont montré dans le dossier du nucléaire, ils sont de redoutables négociateurs. Et en affaires, c'est la même chose, explique Ardavan Amir-Aslani qui conseille de grands groupes français.

Ils sont particulièrement durs, ils se battent avec une force identique sur les points mineurs et les points importants d'un contrat. Les Iraniens sont globalement très francophiles, mais ils ont gardé un goût amer de l'attitude de la France pendant les négociations sur le nucléaire.

Tout est à reconstruire en Iran. On estime qu'un tiers de son appareil industriel a été mis en sommeil par les sanctions. Pour gagner des contrats, Mehdi Miramédi, le président de la chambre franco-iranienne de commerce et d'industrie, donne ce conseil aux hommes d'affaires français : "il faut être outillé, avoir des prix compétitifs, avoir le financement... Les Iraniens connaissent bien les prix, les fournisseurs, ce sont des professionnels. "

Luxe et tourisme, on a déjà franchi le pas

Le marché iranien est alléchant, mais le principal problème se trouve aussi du côté des banques françaises. Les entreprises restent prudentes et les banques sont tétanisées par l'amende record de huit milliards de dollars infligée par les États-Unis à BNP Paribas, accusée d'avoir violé un embargo américain. Et c'est un véritable frein selon les spécialistes.

Malgré tout, certaines entreprises françaises ont franchi le pas, notamment dans le secteur du tourisme , qui devrait connaître une croissance exponentielle dans les prochaines années, compte tenu de la richesses du patrimoine historique iranien.

Autre secteur à fort potentiel où la France est bien placée : celui du luxe. Des enseignes de grandes marques commencent à s'intaller en Iran , comme une célèbre cristallerie qui vient d'ouvrir une boutique à Téhéran. Pour les sociétés françaises, l'heure est venue aujourd'hui de nouer des relations commerciales officielles avec l'Iran, car même si la population s'est appauvrie à cause des sanctions, les gens raffolent des produits de luxe occidentaux.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.